Quatre morts et une vingtaine de blessés dans un accident de bus sur la «route de la mort»

SAÔNE-ET-LOIRE Le bus, qui transportait des touristes portugais vers la Suisse, est sorti de route en Bourgogne, entraînant la mort de quatre personnes et une vingtaine de blessés.

20 Minutes avec AFP

— 

Un accident de bus, survenu le 8 janvier 2017 à proximité du viaduc de Charolles (Saône-et-Loire), a fait plusieurs morts.

Un accident de bus, survenu le 8 janvier 2017 à proximité du viaduc de Charolles (Saône-et-Loire), a fait plusieurs morts. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Un bus transportant 32 personnes vivant en Suisse, de retour de vacances en famille au Portugal, est tombé en contrebas de la Nationale 79 aux alentours de 4h30 ce dimanche matin. Quatre ressortissants portugais ont été tués et une vingtaine d'autres blessés dans cet accident. Trois d'entre eux sont en situation d'urgence vitale, dont un enfant de deux ans et son père, a précisé à l'AFP la procureure de la République à Mâcon, Karine Malara.

«La sortie de route s'est faite sur une portion de ligne droite. On sait seulement qu'il s'agit d'un autobus a priori en bon état, avec un équipage qui se relayait normalement. Il appartiendra à l'enquête de déterminer les causes exactes» de l'accident, a annoncé le préfet.

Le véhicule, qui se rendait à Genève et appartient à la compagnie portugaise «Rota das Gravuras», a traversé la chaussée et franchi la glissière de sécurité avant de faire un tonneau en contrebas de la nationale, un tronçon de la RCEA (Route Centre Europe et Atlantique qui traverse la France d'Est en Ouest).

Route verglacée

Des expertises sont en cours pour déterminer notamment la vitesse du véhicule, qui tractait une remorque remplie de bagages. Interrogé par Creusot-Infos, le préfet de Saône-et-Loire affirme que «la vitesse de l’autocar n’était pas adaptée aux circonstances et aux conditions de circulation. L’autocar avait une vitesse légèrement supérieure à 90 km/heure», a-t-il déclaré au site d'informations.

Un tronçon dangereux

Très fréquentée, la RN 79 traverse l'Allier et la Saône-et-Loire, avec entre Moulins et Mâcon plusieurs tronçons à une fois une voie qui rendent les dépassements excessivement dangereux. Elle est surnommée «la route de la mort» en raison d'un grand nombre d'accidents. En août 2015, deux accidents avaient déjà fait quatre blessés graves au total à hauteur de Charolles et de nombreuses autres collisions ou sorties de route se sont soldées par des morts.

«C'est une route très dangereuse qui traverse la France et qui a déjà coûté la vie à douze Portugais l'an dernier», a commenté le secrétaire d'État aux Communautés portugaises, José Luis Carneiro. Le 29 mars 2016, des ressortissants portugais venant de Suisse avaient en effet trouvé la mort dans la collision d'un fourgon transformé en minibus et un poids-lourd sur cette même route nationale, mais dans l'Allier.

Cet axe fait l'objet de mesures de sécurisation depuis plusieurs années. En avril, outre les travaux de mise en deux fois deux voies prévus dans le département, le préfet de Saône-et-Loire avait annoncé pour 5,6 millions d'euros de travaux de réfection et de sécurisation supplémentaires.