Anis Amri, suspect présumé de l'attentat au camion-bélier perpétré sur un marché de Noël à Berlin.
Anis Amri, suspect présumé de l'attentat au camion-bélier perpétré sur un marché de Noël à Berlin. - HO / BKA

Une «polémique stérile». Voici la réponse de Bernard Cazeneuve à la droite après que Thierry Solère, porte-parole de François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a demandé mardi au gouvernement de «s'expliquer» sur le passage d'Anis Amri en France après l'attaque de Berlin, évoquant des «dysfonctionnements majeurs de notre système».

>> A lire aussi: D'Amsterdam à Milan, comment Anis Amri a-t-il pu échapper aux contrôles?

«A l'heure actuelle, nous ne savons pas précisément quel a été le parcours du terroriste et les moyens qu'il a utilisés pour se déplacer. Alors pourquoi susciter des polémiques stériles ?», estime samedi le chef du gouvernement dans un entretien au Journal du Dimanche.

«C'est irresponsable»

«Si, à chaque fois qu'il y a un attentat, l'affrontement politique prend le dessus, on finira par instiller dans l'esprit des Français que l'Etat n'est pas entièrement mobilisé pour lutter contre la barbarie, et par affaiblir la République», met en garde le Premier ministre, rappelant que «contrôler chaque personne est totalement impossible». «Vous imaginez ce que serait la situation aux frontières s'il fallait contrôler chaque véhicule ? Cela paralyserait l'Europe, ses infrastructures de transports, ses activités économiques», poursuit-il.

«Mettre en accusation les services, polémiquer sans connaître le contenu des enquêtes et donc instrumentaliser des sujets graves à des fins électorales, c'est irresponsable», poursuit Bernard Cazeneuve rappelant que «nous sommes à un niveau de menace particulièrement élevé».

Le Premier ministre plaide pour que, sur le sujet du terrorisme, «les formations politiques républicaines» scellent «un pacte de résilience» qu'il voit comme «un pacte de confiance en nos services».

Mots-clés :