William Saurin: L'Etat va débourser 70 millions d'euros pour aider la maison mère

ENTREPRISE Le groupe Financière Turenne Lafayette emploie 3 200 salariés sur 21 sites industriels…

20 Minutes avec AFP

— 

Le groupe Financière Turenne Lafayette est propriétaire des marques William Saurin, Garbit et Madrange.

Le groupe Financière Turenne Lafayette est propriétaire des marques William Saurin, Garbit et Madrange. — ERIC PIERMONT

Près de 3.000 emplois sont en jeu. Après la révélation de comptes truqués, l’Etat va aider financièrement le groupe Financière Turenne Lafayette, propriétaire des marques William Saurin, Garbit et Madrange, pour lui éviter la liquidation judiciaire.

Le gouvernement va mettre à disposition 70 millions d’euros de prêt pour tenir à flot le groupe. En parallèle, les pouvoirs publics vont « assurer un versement immédiat d’une dizaine de millions d’euros d’ici la fin de l’année », a précisé le ministère de l’Economie.

3 200 salariés des 21 sites industriels

Le décès le 30 novembre de Monique Piffaut, propriétaire et actionnaire unique de Financière Turenne Lafayette, a été le déclencheur de la découverte du maquillage des comptes de ce groupe inconnu du grand public qui détient aussi les jambons Madrange et Le Foué de Paul Prédault.

Nommé début décembre président du groupe en remplacement de Monique Piffaut, Eric le Gouvello, spécialiste de conseil en stratégie, avait diligenté un audit sur sa situation économique et financière. « Les premières constatations laissent apparaître une présentation trompeuse des comptes depuis plusieurs années, dans un contexte très dégradé pour la filière agroalimentaire en général et pour certaines filiales du groupe en particulier », a indiqué la société dans un communiqué.

>> A lire aussi : Non, la patronne de William Saurin n’a pas légué sa fortune à son caniche (mais à une association)

Ces révélations sont un coup de tonnerre pour les 3 200 salariés des 21 sites industriels français du groupe qui visait un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros en 2016.

Plusieurs pistes de financement

Les 70 millions d’euros, versés au titre du fonds de développement économique et social (FDES), seront débloqués « au plus tard le 31 décembre », puis mis « à disposition (d') une ou plusieurs sociétés du groupe Financière Turenne Lafayette », selon un arrêté publié ce vendredi au Journal officiel. Les 10 millions d’euros versés au groupe serviront à « assurer que les prochaines semaines se dérouleront dans de bonnes conditions, il faut que l’entreprise continue de fonctionner », selon Bercy. Mais la somme définitive du prêt dont le groupe aura besoin pour éviter une liquidation judiciaire reste encore à déterminer.

La direction de l’entreprise a aussi affirmé ce mercredi qu’elle se mobilisait « pour rechercher les voies et moyens d’assurer la poursuite des activités et conserver les emplois des entreprises du groupe », selon son communiqué. « Plusieurs pistes sont envisagées, parmi lesquelles la recherche de nouveaux moyens de financement, y compris au travers de l’ouverture du capital », assurent les dirigeants.