Facture d'électricité EDF (illustration).
Facture d'électricité EDF (illustration). - XAVIER VILA/SIPA

7.759 euros. Telle est la somme que réclame depuis septembre dernier EDF à Renée Cadiou, une habitante de Brionne (Eure). Entre août 2015 et janvier 2016, l’estimation de la consommation de la retraitée serait, en effet, passée de 8.920 kWh à 44.040 kWh.

Des auto-relevés « erronés et sous-estimés »

La faute à « des soucis de déperdition de chaleur et d’isolation » et à « d’un rattrapage sur trois ans », selon EDF. « Renée Cadiou a effectué elle-même ses relevés entre 2013 et 2016. Le compteur étant chez elle, nous n’y avions pas accès. Et ses « auto-relevés étaient erronés, sous-estimés », a précisé l’électricien à L’Eveil Normand.

La Normande qui vit seule dans une maison de 85 m² et datant des années 1970 estime le montant « improbable ». « J’ai compris qu’il se passait quelque chose quand j’ai reçu un appel de ma banque me demandant comment j’allais faire pour régler ma facture EDF qui s’élevait, à ce moment-là, à plus de 6.000 euros », explique la retraitée à L’Éveil Normand. Nous étions en janvier et Rénée opte alors pour une mensualisation de 141 euros.

La Normande a demandé l’aide d’une association de défense de consommateurs

En septembre, cependant, une nouvelle facture salée déboule dans la boîte aux lettres de la retraitée en colère : 7.759 euros au titre d’une réactualisation de son échéancier. La Normande arrête les prélèvements et demande alors l’aide d’une association de défense de consommateurs.

Selon les bénévoles, l’erreur pourrait venir « d’un croisement de courrier », « d’une erreur dans le dossier » ou de « l’incendie d’un radiateur » de la cuisine de Renée Cadiou survenu en 2011. EDF a proposé un délai de paiement sur vingt-quatre mois à Renée Cadiou, soit des mensualités d’un peu plus de 323 euros.

Mots-clés :