L’enquête sur l’attentat déjoué progresse. Un homme, interpellé comme six autres hommes ce week-end à Marseille et Strasbourg, puis placé en garde à vue, a reconnu qu'un projet d'attaque était en préparation. Selon BFMTV et iTélé, il aurait révélé aux enquêteurs les cibles du commando, notamment un haut lieu de la police à Paris. 

Franceinfo révèle que le Palais de justice de Paris, le siège de la police judiciaire au 36, quai des Orfèvres, et le siège de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), comptaient parmi les cibles envisagées par les suspects.

>> A lire aussi : Un attentat déjoué après plus de huit mois d'enquête

Un parc d’attractions et un lieu de culte catholique visés ?

Les investigations étaient toujours en cours mercredi sur le matériel informatique et téléphonique saisi chez les suspects arrêtés à Strasbourg, des hommes âgés de 35 à 37 ans, de nationalité française et inconnus des services de renseignement. Leur garde à vue à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) se poursuivait, ainsi que celle d'un cinquième suspect arrêté à Marseille. Selon la source proche de l'enquête, des recherches sur Internet sont apparues dans l'un des appareils saisis et laissent supposer la recherche de cibles: parmi les sites envisagés, figure un parc d'attraction, comme l'a évoqué iTélé.

>> A lire aussi : Deux des sept suspects arrêtés à Marseille et Strasbourg ont été relâchés

Un passage à l'acte imminent

Deux des hommes arrêtés à Strasbourg  sont soupçonnés d'avoir gagné la Syrie en 2015 en passant par Chypre, avant de revenir en Europe. Les investigations se sont accélérées le 14 novembre quand la DGSI a reçu un renseignement laissant supposer un passage à l'acte imminent. Deux armes de poing, un pistolet automatique, un pistolet mitrailleur ainsi que de la propagande jihadiste ont été trouvés lors des perquisitions.

>> A lire aussi : L'animateur périscolaire interpellé à Strasbourg était «très attentionné avec les enfants»