Echirolles: Un forcené abattu par les forces de l'ordre, la garde à vue des cinq policiers levée

FAITS DIVERS Le forcené venait de menacer un voisin avec une machette...

L.B. avec AFP

— 

Illustration police nationale

Illustration police nationale —

La garde à vue des policiers a été levée vers 14h. Un habitant d’Echirolle a été abattu par la police ce vendredi, selon des informations du Dauphiné Libéré confirmées par l’AFP. Cinq policiers ont été placés en garde à vue, a déclaré le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, qui a saisi, comme c’est habituel dans de telles affaires, l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) et la police judiciaire.

L'homme «aurait sorti une arme de derrière son dos »

Selon les premiers éléments de l’enquête, les cinq hommes, membres de la Brigade anti-criminalité (BAC) et de la section d’intervention, intervenaient sur un différend de voisinage dans ce quartier pavillonnaire d’Echirolles, dans la banlieue de Grenoble : un voisin, apparemment en état d’ivresse, en aurait menacé un autre avec une machette. A l’arrivée des policiers vers 20h, l’homme, « excité » semble-t-il sous l’effet de l’alcool, était dans son jardin et aurait menacé les policiers avec une machette, « puis après l’avoir posée, aurait sorti une arme de derrière son dos », a expliqué le magistrat.

Plusieurs projectiles dans le thorax et dans la tête

« Les cinq policiers en colonnes derrière deux boucliers balistiques ont alors fait feu avec un fusil d’assaut HK G36 et au moins un pistolet automatique, dont chacun était équipé », a-t-il ajouté.

L’homme « a reçu plusieurs projectiles dans le thorax et dans la tête » et une autopsie a été ordonnée « pour déterminer la trajectoire » des balles. Les cinq policiers étaient auditionnés samedi matin par l’IGPN de Lyon. « L’enquête a bien avancé avec l’audition d’un témoin. Ils sont fatigués, car la nuit a été longue, mais sereins sur leur intervention », a déclaré Valérie Mourier, secrétaire départementale du syndicat Alliance.