L'essayiste d'extrême-droite Alain Soral, le 12 mars 2015 à Paris
L'essayiste d'extrême-droite Alain Soral, le 12 mars 2015 à Paris - Loic Venance AFP

Le parquet a requis ce jeudi six mois de prison contre l’essayiste d’extrême droite Alain Soral, poursuivi notamment pour « harcèlement moral », par un ancien mannequin qui l’avait éconduit.

De « gentleman » à « persécuteur »

L’affaire remonte à mars 2014. Cette année-là, la jeune femme commence à correspondre avec Alain Soral alors qu’ils ne se sont jamais rencontrés. Il était « courtois, gentleman », a expliqué la jeune femme, jusqu’à ce qu’elle ne l’éconduise « très poliment » après avoir appris qu’il avait déjà une « amante ».

Dès lors, Alain Soral multiplie les messages malveillants, lui envoyant des SMS tels que « les blancs prennent les blacks pour des putes, ce qu’elles sont le plus souvent », « ton destin c’est d’être une pute à juifs ».*

>> A lire aussi : Soral sera jugé pour apologie de crime contre l'humanité

La jeune femme devient ensuite la cible de messages provenant de l’entourage d’Alain Soral, qui veut, dit-elle, la « faire taire », menace de publier des photos d’elle dénudée. La jeune femme sombre en dépression, est hospitalisée. « Sur Internet, c’était un tsunami », a-t-elle poursuivi ce jeudi devant le tribunal correctionnel, « tout le monde venait m’insulter sans me connaître ».

Aucun élément ne prouve que c’est bien son numéro de portable

Elle a été la cible d’une « campagne de persécution, de harcèlement visant à la détruire psychologiquement et médiatiquement » notamment sur le site Internet d’Alain Soral, a plaidé l’avocat de la plaignante, Me Philippe-Henri Honegger. Le prévenu, absent à l’audience, n’a lui « jamais contesté » l’existence de ces messages.

Selon l’avocat d’Alain Soral, la condamnation reste « impossible » car « les seuls éléments de preuve » produits dans ce dossier sont « des impressions d’écrans et rien d’autre ». Aucun élément ne prouve que c’est bien son numéro de portable ou l’adresse mail qu’il utilise dont il est question dans cette affaire, a encore fait valoir Me Lahcène Drici. Jugement le 29 novembre.

>> A lire aussi : VIDÉO. Un court-métrage amateur contre le harcèlement sexuel cartonne sur Facebook

 

Mots-clés :