Viol: 84.000 femmes victimes en un an et seules 10.461 plaintes déposées

ETUDE Le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) vient de rendre un rapport et propose une plus «juste condamnation sociétale et judiciaire» de ce crime...

20 Minutes avec agence

— 

Paris le 2 octobre 2012. Illustration femme battue. Violences conjugales.

Paris le 2 octobre 2012. Illustration femme battue. Violences conjugales. — A. Gelebart; / 20 Minutes / Illustration

« Dans le viol, la parole est le premier tabou. » Tels sont les mots du Dr Emmanuelle Piet, présidente du Collectif féministe contre le viol (CFCV), qui commente un rapport sur la question du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) publié ce mercredi et remis à la ministre des Droits des Femmes Laurence Rossignol.

>> A lire aussi : Les victimes de viol russes et ukrainiennes brisent les tabous

Selon le HCE, en France, 84.000 femmes âgées de 18 à 75 ans et 14.000 hommes déclarent avoir été victimes de viol ou tentative de viol en un an. Or, seules 10.461 plaintes de femmes et 1.655 plaintes d’hommes ont été déposées. Sur ces faits, moins de 1.100 ont été condamnés judiciairement (765 hommes de plus de 15 ans, 304 hommes de moins de 15 ans et six femmes).

« Au final, moins d’un pour cent des violeurs sont condamnés »

« Parmi toutes les femmes violées, à peine 10 % vont porter plainte. Et pour ces 10 % de plaintes, seule une sur dix débouchera sur un procès aux assises aura lieu. Au final, moins d’un pour cent des violeurs sont condamnés », précise le Dr Piet au Parisien.

En France, environ 16 % des femmes déclarent avoir subi des viols ou des tentatives de viols au cours de leur vie d’après le HCE. Et l’autorité pointe d’ailleurs dans son rapport une « tolérance sociale » à l’égard des agressions sexuelles.

« Les faits dénoncés par ces personnes sont prescrits dans 20 % des cas »

Pourtant, le viol est clairement défini par le code pénal. Il s’agit de « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise ».

>> A lire aussi : «Non, c'est non»: quand l'Allemagne bouleverse sa définition du viol

Mais de l’acte à sa divulgation, ça se complique. Des associations sont là pour permettre aux victimes de mettre des mots sur ce qu’elles ont subi. C’est le cas de Viols Femmes Informations (0.800.05.95.95) qui depuis trente ans a recueilli les témoignages de victimes de viol. Soit 51.000 victimes dont 93 % de femmes. Et quand la parole est enfin libérée, il arrive qu’il soit trop tard. « Les faits dénoncés par ces personnes sont prescrits dans 20 % des cas », note la présidente du CFCV.

Une journée porte ouverte à l’université Pierre-et-Marie-Curie ce 13 octobre

« Les victimes de viol, souvent, ne portent pas plainte parce qu’elles éprouvent un sentiment de honte et de culpabilité et s’enferment dans cet état. Les accompagner demande une écoute et une disponibilité particulières », commente dans les colonnes du Parisien Me Martine Moscovici, avocate.

Alors pour toutes les victimes souhaitant se faire aider, une journée porte ouverte aura lieu à l’université parisienne Pierre-et-Marie-Curie ce jeudi 13 octobre.

Mieux prendre en compte ce type de violence et ses victimes

Quant au HCE, il dégage dans son rapport cinq axes de travail (« sensibilisation de la société », « formations des professionnels », « accueil, protection et accompagnement des victimes », « traitement judiciaire » et « éducation et protection des jeunes ») pour mieux prendre en compte ce type de violence et ses victimes.

Il en appelle aussi à la responsabilité des médias, regrettant la classification de ces violences « dans la rubrique faits divers, pas replacées dans le contexte global de la domination masculine », et le fait que soient invoquées des « justifications » (soirée alcoolisée, détresse sentimentale ou rupture récente par exemple).

Mots-clés :