L'affaire des enregistrements réalisés par Patrick Buisson éclabousse avant tout celui qui l'a promu dans le premier cercle du pouvoir, Nicolas Sarkozy, qui s'est laissé berné par "un petit milicien", estiment jeudi de nombreux éditorialistes.
L'affaire des enregistrements réalisés par Patrick Buisson éclabousse avant tout celui qui l'a promu dans le premier cercle du pouvoir, Nicolas Sarkozy, qui s'est laissé berné par "un petit milicien", estiment jeudi de nombreux éditorialistes. - Lionel Bonaventure, Miguel Medina AFP

Patrick Buisson est en train de mettre des gros bâtons dans les roues de Nicolas Sarkozy. Parmi ses confidences dans un livre à paraître ce jeudi, celui qui a été condamné pour atteinte à la vie privée, après avoir enregistré longuement à son insu l’ancien Président, affirme que ce dernier a laissé, en 2006, « des bandes de blacks et de beurs » agresser des « jeunes blancs » anti-CPE pour reprendre ensuite le contrôle de la situation au dépens de son rival Dominique de Villepin.

>> A lire aussi : Face aux affaires, Sarkozy l’assure, il ne reculera pas devant «la bassesse, la calomnie et la trahison»

« Pour Nicolas Sarkozy, les Invalides furent l’équivalent d’Austerlitz pour Napoléon »

A l’époque, alors que la rivalité avec son ministre de l’Intérieur est à son comble, le très populaire Premier ministre, Dominique de Villepin, veut marquer des points en présentant le Contrat première embauche, mais le projet jette de nombreux jeunes dans la rue et sera finalement enterré. L’une des manifestations, le 23 mars, se termine par des émeutes aux Invalides, à Paris.

« Pour Nicolas Sarkozy, les Invalides furent l’équivalent d’Austerlitz pour Napoléon (…) A tout le moins s’il faut en croire l’histoire qu’il aimait à raconter en petit comité : "Nous avions pris la décision de laisser les bandes de blacks et de beurs agresser les jeunes blancs aux Invalides, tout en informant les photographes de Paris Match de la probabilité de sérieux incidents" », rapporte l’ancien directeur de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute, mis en examen pour l’affaire des sondages de l’Élysée.

Il fait aussi dire à Nicolas Sarkozy, lors d’une autre manifestation anti-CPE : « On laissera (les casseurs) faire leurs courses chez Darty et à Go Sport. » Le ministre de l’Intérieur était ensuite apparu sur les lieux, « fier de montrer à quel point il maîtrisait la situation face à un Premier ministre englué dans un affrontement mortifère avec la jeunesse ».

>> A lire aussi : Présidentielle: Pour Patrick Buisson, «le pire pour la droite serait d'être à nouveau cocue» avec Sarkozy

Démenti de Paris Match, confirmation d’un CRS

Patrick Buisson a indiqué mercredi sur France 2 qu’il n’avait pas enregistré les propos qu’il prête à l’ancien chef de l’Etat et assure que celui-ci « le racontait à d’autres interlocuteurs ». « Contrairement aux écrits de P. Buisson », Paris Match a affirmé mardi sur Twitter n’avoir « jamais été contacté par quiconque pour réaliser des photos d’agressions aux Invalides en 2006 ».

Mais la CGT a diffusé mercredi un communiqué contenant le témoignage d’un « collègue CRS qui a vécu cette journée du 23 mars 2006, place des Invalides ».

« Je comprends très vite qu’il se passe quelque chose de bizarre, ce n’est pas une manifestation classique », explique ce commissaire de police, ancien CRS. « Les unités progressent lentement, trop lentement, des heures pour passer la rue Saint-Dominique puis la rue de l’Université. […] En tant que responsable de l’armurerie, moi qui pensais ne pas chômer pour ravitailler en grenades mp7 mes collègues, je suis au chômage technique… Pas une grenade n’est lancée, pas une. Des consignes ont été données… », poursuit le témoin de la CGT, qui est resté anonyme (mais que France Inter a pu contacter).

Libération a exhumé son article de l’époque et le récit de ses journalistes correspond aux paroles de Patrick Buisson et au témoignage de l’ancien CRS : « Les CRS paraissent indifférents à ce qui se joue au milieu de l’arène. Ils regardent sortir les jeunes dépouillés, certains le visage en sang. Les policiers infiltrés assistent au jeu de massacre. Les interpellations tardent. Vers 19 heures, tout est fini », écrivait le quotidien il y a dix ans.

Bayrou demande une enquête

Y a-t-il eu des consignes ? Pour faire la lumière sur les faits, le président du MoDem, François Bayrou, a demandé ce jeudi « une enquête ». « Il y a une chose qui est extrêmement lourde dans le livre de M. Buisson, c’est l’affirmation selon laquelle M. Sarkozy a fait exprès de laisser se dérouler et même de favoriser les incidents si graves qui avaient eu lieu aux Invalides, en faisant tout pour qu’entrent des casseurs aux Invalides, pour effrayer la population et pour servir ses desseins électoraux », a déclaré le soutien d'Alain Juppé sur Europe 1. « Ça, ça porte un nom, si c’est vrai, c’est une forfaiture. C’est-à-dire quelqu’un qui trahit sa mission au profit de ses intérêts », a-t-il affirmé.

 

Mots-clés :