Loi sur la prostitution: 249 clients ont été verbalisés depuis avril

PROSTITUTION Le texte sanctionnant les clients de prostitué(e)s est entrée en vigueur en avril...

20 Minutes avec AFP

— 

Prostitution - Illustration

Prostitution - Illustration — VALERY HACHE / AFP

La loi sur la prostitutioncommence à être suivie d’effets. Quelque 249 clients ont été verbalisés sur l’ensemble du territoire national depuis l’entrée en vigueur en avril du texte, a-t-on appris mercredi de source policière. Les contrevenants sont passibles d’une amende de 1.500 euros, pouvant monter à 3.750 euros en cas de récidive.

>> A lire aussi : Ce que contient la loi sur la prostitution

« Ça paraissait pas mal au début. Mais au final, ça ne fait pas beaucoup de monde », observe Yves Charpenel, président de la fondation Scelles, qui lutte contre l’exploitation sexuelle. La raison incombe selon ce magistrat de profession à la situation sécuritaire globale, très consommatrice de temps et d’agents. « Entre la menace d’attentat et la lutte contre la prostitution, quel préfet ne prioriserait pas la menace d’attentat ? », explique-t-il.

« Il suffit d’une voiture de police qui circule pour que les clients ne viennent plus »

Les 249 verbalisations, très inégalement réparties sur le territoire national, montrent toutefois que « certains procureurs sont bien sensibles à la nouvelle loi, même s’ils ne disposent pas de l’ensemble des éléments qui y ont trait pour la rendre cohérente », ajoute-t-il.

>> A lire aussi : La pénalisation des clients, une mesure qui fait ses preuves à l’étranger?

Les décrets relatifs à la sortie de la prostitution pour les travailleur(eus)s du sexe et aux stages de citoyenneté pour les clients pris sur le fait ne sont ainsi pas encore sortis, selon le ministère du Droit des femmes. « 249 verbalisations, même si ça paraît peu, ça veut dire un changement dans l’industrie. Il suffit d’une voiture de police qui circule pour que les clients ne viennent plus », note de son côté Thierry Schaffauser, porte-parole du Strass, le Syndicat du travail sexuel.

Impact psychologique « pour les plus précaires »

L’impact « psychologique » est « fort », « notamment pour les plus précaires, remarque-t-il. « Les femmes qui ne parlent pas français, qui ne peuvent travailler sur internet, doivent ainsi prendre plus de risques » dans la rue, ce qui engendre davantage de « violences » à leur encontre, regrette-t-il.

Les députés ont voté le 6 avril une loi sur la prostitution, dont la mesure phare est la pénalisation des clients, après un marathon parlementaire de près de deux ans et demi. Selon les estimations officielles, la France compte entre 30.000 et 40.000 prostitué(e)s, dont une majorité d’étrangères, originaires d’Europe de l’Est, d’Afrique, de Chine et d’Amérique latine.