Un enseignant dans une salle de classe (illustration).
Un enseignant dans une salle de classe (illustration). - BEBERT BRUNO/SIPA

Finie la progression aléatoire pour les enseignants ? C’est en tout cas l’objectif du ministère de l’Education nationale, selon une information de RTL qui dévoile un projet de réforme de l’évaluation des enseignants prévu pour 2017.

>> A lire aussi : Les astuces des profs pour bien gérer leur classe dès la rentrée

Comme le rapporte la radio, les professeurs seront désormais inspectés au bout de 8, 12, 20 puis 30 ans d’ancienneté. Quatre fois dans une carrière, à période fixe. Actuellement, l’évaluation d’un enseignant se fait à une date aléatoire, rendant, à compétences égales, la progression de carrière variable d’un professeur à un autre.

« Le système actuel est opaque »

Ces inspections permettent en effet à un fonctionnaire de l’Education nationale de voir son salaire augmenter si l’évaluation est bonne. « Il y avait urgence tant le système actuel est opaque, injuste, inefficace et souvent infantilisant. […] Ce changement de logiciel constitue un progrès. Il s’inscrit dans d’indispensables logiques de responsabilisation et de confiance et prend en compte les questions de développement et de mobilité professionnelles », a réagi Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat Unsa.

Après la première inspection, au bout de 8 ans, le salaire augmentera de 1.200 euros par an, puis de 2.100 euros après 12 ans de pratique sanctionnés par une bonne note, et ainsi de suite. L’évaluation se fera à partir d’une grille d’évaluation unique, l’Education nationale proposant onze critères encore en négociations avec les syndicats. Contacté par 20 Minutes, le ministère n’a pas réagi à l’information de RTL.

Mots-clés :