Rachid Kassim, propagandiste de Daesh, dans une vidéo du 20 juillet 2016.
Rachid Kassim, propagandiste de Daesh, dans une vidéo du 20 juillet 2016. - CAPTURE ECRAN

Bonbonnes de gaz à Paris, Magnanville, Nice, Saint-Etienne-du-Rouvray… Son ombre plane sur de nombreuses affaires de terrorisme. Lui, c’est Rachid Kassim, un djihadiste roannais qui vit aujourd’hui en zone irako-syrienne, sur le territoire encore détenu par Daesh.

>> A lire aussi : Qui sont les trois femmes interpellées jeudi soir ?

Après quelques mentions au cours des derniers mois, le Roannais refait parler de lui ce vendredi dans l’affaire des bonbonnes de gaz découvertes dans une voiture à Paris. Jeudi soir, trois femmes ont été interpellées à Boussy-Saint-Martin, en Essonne, d’où elles auraient projeté de perpétrer des attentats dans des gares parisiennes. Au moins l’une d’entre elles aurait été en contact avec le propagandiste de Daesh. Lors de sa conférence de presse, le procureur de la République de Paris, François Molins, a confirmé que le commando avait été téléguidé depuis la Syrie.

Samedi, un mineur de 15 ans a été interpellé dans le 12e arrondissement de Paris et placé en garde à vue. Les policiers le soupçonnent d'avoir fomenté un attentat à l'arme blanche, et d'en avoir parlé sur Telegram avec... Rachid Kassim. 

Félicitations, menaces et meurtres

Cet homme de 29 ans s’est fait connaître du grand public le 20 juillet dernier, dans une vidéo de propagande de l’Etat islamique (EI). Il y félicitait Mohamed Lahouej Bouhlel, le terroriste qui a tué 86 personnes sur la Promenade des Anglais à Nice, avant d’être abattu par la police. Après la profération de menaces envers la France, on pouvait voir Rachid Kassim égorger un otage.

Le nom de Rachid Kassim était également apparu dans l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine Maritime), qui avait coûté la vie au prêtre Jacques Hamel le 26 juillet. L’Express révélait quelques jours plus tard que des messages entre Adel Kermiche, Abdel Malik Petitjean et Rachid Kassim avaient été retrouvés sur le matériel informatique des deux assassins.

Les conseils au parfait djihadiste

Radicalisé en 2011 après un séjour en Algérie, Rachid Kassim quitte la France en 2012 pour l’Egypte, d’après le Dauphiné libéré. Il vit désormais sur le territoire de Daesh d’où il officie comme porte-parole sur les réseaux sociaux, notamment Facebook - son compte a été fermé depuis - et Telegram. Le Roannais y alimente plusieurs chaînes très suivies par la djihadosphère, sur lesquelles il appelle au meurtre. Après la mort d’Adel Kermiche, lui-même très actif sur les réseaux sociaux, Rachid Kassim aurait repris la chaîne Telegram du jeune djihadiste de 19 ans, qu’il continue toujours d’alimenter depuis les terres de Daesh.

>> A lire aussi : Un djihad de proximité signé Daesh

C’est également sur Telegram que Rachid Kassim distille de façon quotidienne ses conseils pour commettre des attentats : utiliser un camion, comme l’a fait Mohamed Laouej Bouhlel, des armes factices ou de faux engins explosifs, et aussi une liste de cibles à abattre que Larossi Abballa, le tueur d’un policier et de sa compagne à Magnanville (Yvelines) avait citée dans une vidéo. Les posts du djihadiste illustrent parfaitement la stratégie poursuivie par Daesh visant à passer à l’acte « à la maison » au lieu de rejoindre la Syrie, avec les moyens du bord.

Mots-clés :