Incendie mortel dans un bar à Rouen: L'issue de secours était verrouillée

ENQUETE Le procureur de la République de Rouen n’a « ni confirmé, ni infirmé » ces révélations. Le drame, qui s'est produit début août, avait fait 14 morts…

20 Minutes avec AFP

— 

Les enquêteurs devant le bar Au Cuba Libre, à Rouen, après l'incendie qui a fait 13 morts le 6 août 2016.

Les enquêteurs devant le bar Au Cuba Libre, à Rouen, après l'incendie qui a fait 13 morts le 6 août 2016. — MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

On en sait un peu plus sur les circonstances du drame qui a fait 14 morts dans un bar de Rouen début août. La porte de l’issue de secours du Cuba Libre était verrouillée au moment de l’incendie, a affirmé lundi l’avocat de plusieurs familles de victimes. Ce qui expliquerait pourquoi les victimes n’ont pas réussi à échapper  aux flammes.

« Les victimes ont essayé d’ouvrir la porte de secours, vainement, parce qu’elle était fermée à clé. Ça relève pour moi d’une certitude », a déclaré Me Gérard Chemla, confirmant sur le fond des déclarations d’abord formulées au micro de France Bleu Haute-Normandie.

>> A lire aussi : Comment des bougies d'anniversaire ont-elles pu causer un incendie meurtrier?

« Un piège mortel »

« Une porte de secours verrouillée, ça transforme un endroit en piège mortel. Quand vous avez l’escalier qui brûle d’un côté, vous allez vers l’issue de secours et quand on se retrouve devant une porte verrouillée, ça devient un piège mortel », a ajouté Me Chemla.

Le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, n’a « ni confirmé, ni infirmé » ces déclarations. Le parquet communiquera ce mardi sur ce dossier, a ajouté le magistrat.

>> A lire aussi : Des règles de sécurité strictes, mais parfois contournées

Me Chemla ne demande cependant « pas de mise en examen » du responsable du bar. « Je ne demande aucune mesure contre personne. Je demande que les choses avancent sur l’enquête », a-t-il déclaré. « Il n’est pas rare, malheureusement, que ces issues de secours soient fermées. Et quand elles le sont, c’est très généralement pour éviter des fraudes, des gens qui commanderaient et partiraient sans payer », a-t-il ajouté, tout en soulignant qu’il ne savait pas si c’était le cas du bar Au Cuba Libre.