Le procureur saisi après les propos antisémites d'une prof d'un lycée parisien

JUSTICE L’affaire, qui concerne une professeur d’anglais en classe préparatoire littéraire au lycée Janson-de-Sailly (16e arrondissement), avait été révélée pendant l’été par le Canard Enchaîné...

20 Minutes avec AFP

— 

Le lycée Janson-de-Sailly à Paris.

Le lycée Janson-de-Sailly à Paris. — JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Le procureur de la République de Paris a été saisi de l’affaire d’une professeur d’un prestigieux lycée parisien qui a tenu des propos antisémites, négationnistes et complotistes sur son compte Facebook, accessible aux élèves, a indiqué dimanche Najat Vallaud-Belkacem.

« A ma demande, le recteur de Paris a saisi le procureur de la République de Paris sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale, il y a quelques jours », a déclaré la ministre de l’Éducation sur Radio J. « Cette saisine, c’est une façon aussi de dire la gravité des faits et de les dénoncer à la justice », a-t-elle poursuivi.

L’affaire, qui concerne une professeur d’anglais en classe préparatoire littéraire au lycée Janson-de-Sailly (16e arrondissement), avait été révélée pendant l’été par le Canard Enchaîné.

« Quand j’en ai pris connaissance, j’ai eu le cœur au bord des lèvres », a affirmé Najat Vallaud-Belkacem, « c’est évidemment insupportable, inacceptable, inadmissible qu’une enseignante puisse tenir ce type de propos, c’est la raison pour laquelle une procédure a été engagée à son encontre ».

L’enseignante suspendue

Le rectorat de Paris a suspendu l’enseignante, et une procédure disciplinaire a été engagée, « qui peut aller jusqu’à la révocation », a précisé la ministre. Interrogée sur une possible « omerta » concernant cette enseignante, la ministre a répondu « ça m’étonnerait beaucoup », évoquant un proviseur « meurtri de la façon dont l’établissement tout entier pâtit de cette affaire ».

Dans un communiqué, celui-ci, Patrick Sorin, avait déclaré que ces messages sur Facebook « ont profondément choqué l’ensemble de la communauté jansonienne et ont porté atteinte à l’honneur et à la dignité de tous les personnels de notre cité scolaire », et précisé que les messages diffusés « n’ont jamais été connus de l’équipe de direction ».

« La procédure disciplinaire va permettre de recueillir l’ensemble des témoignages et d’y voir plus clair », cette procédure prend « généralement quelques mois », a précisé Mme Vallaud-Belkacem. L’enseignante est aujourd’hui en arrêt maladie, a indiqué la ministre.