Attentats de novembre: La NSA et ses grandes oreilles ont aidé la Belgique à capturer Salah Abdeslam

TERRORISME La plus grosse avancée dans l’enquête des autorités belges pour retrouver le dernier suspect vivant des attentats du 13 novembre a été permise par l’agence américaine…

O. P.-V.

— 

Le logo de la NSA.

Le logo de la NSA. — PAUL J. RICHARDS / AFP

« Comme Edward Snowden l’a si bien expliqué à tout le monde, la NSA est la meilleure pour intercepter les signaux ». Cette phrase a été prononcée par un responsable de la police belge, confirmant à Buzzfeed News que les autorités du pays ont fait appel à l’agence de renseignement américaine pour traquer Salah Abdeslam, le dernier suspect encore en vie des attentats de novembre 2015 à Paris.

Interpellé quatre mois plus tard à Bruxelles, le 18 mars 2016, Abdeslam a été retrouvé grâce à l’intervention de la NSA, raconte Buzzfeed. Deux agents belges ont expliqué au site qu’il avait fallu attendre l’enterrement de l’un des kamikazes du stade de France, Chakib Akrouh. Il n’a été inhumé que début mars, car son identification par ADN a pris du temps après qu’il s’est fait exploser à Saint-Denis.

Capturé quelques jours après l’intervention de la NSA

N’avançant plus dans l’enquête pour retrouver Abdeslam, les autorités belges décident de poster ce jour-là une unité de police pour surveiller l’enterrement. Mais leur technologie n’est pas suffisamment au point pour traiter toutes les données qu’elles peuvent collecter sur les téléphones portables des personnes présentes lors de la cérémonie. Contact est donc pris avec la NSA pour que celle-ci mette à disposition ses capacités de renseignement.

« Nous avons fait appel à la NSA avant l’enterrement », a donc confirmé un responsable de la sûreté de l’Etat belge à Buzzfeed, qui ajoute que les agents américains « se sont emparés de toutes les informations des téléphones présents ». Un portable en particulier, celui d’un homme qui enregistrait la cérémonie : « Le gars filmait ça sur son smartphone, ça voulait dire qu’il allait envoyer le fichier à quelqu’un, hein ? », ajoute le responsable cité par le média américain. Quelques jours plus tard, Salah Abdeslam était interpellé, après quatre mois de traque. Pour le moment, la NSA a refusé de confirmer l’information.

>> A lire aussi : INFOGRAPHIE. Attentats de novembre: Le parcours de Salah Abdeslam disséqué