VIDEO. Rixe à cause d’un burkini: Que s’est-il réellement passé, samedi, sur la plage de Sisco en Corse?

ENQUETE Environ 500 personnes se sont rassemblées, dimanche à Bastia, dans une ambiance très tendue…

Vincent Vantighem

— 

Sisco (Corse), le 14 août 2016. Une violente rixe a éclaté sur cette page entre des jeunes d'origine maghrébine et des Corses.

Sisco (Corse), le 14 août 2016. Une violente rixe a éclaté sur cette page entre des jeunes d'origine maghrébine et des Corses. — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Des appels au calme. Et des forces de l’ordre déployées en nombre. La région de Bastia (Corse) a vécu un week-end tendu après une rixe qui a fait cinq blessés, samedi, sur la plage de Sisco. Environ 500 personnes se sont rassemblées, dimanche, devant la préfecture corse aux cris de « On est chez nous » après cette altercation qui pourrait avoir été causée par une affaire de burkini. 20 Minutes fait le point sur les premiers éléments de l’enquête.

  • Que disent les autorités sur les raisons de l’altercation ?

Après une journée de silence, le parquet de Bastia a indiqué, dans un communiqué, qu’il avait ouvert une enquête de flagrance pour « violence en réunion » afin d’établir « l’origine » de l’altercation. Selon lui, « un différend a éclaté entre les membres de trois familles, d’origine maghrébine, et des jeunes de la région de Sisco qui ont reçu le renfort de proches ».

  • Quel est le bilan exact ?

Toujours selon le parquet, l’altercation « a entraîné différentes violences notamment par jets de pierre, coups et jets de bouteilles. Trois véhicules ont, par ailleurs, été incendiés », précise encore le parquet. Au total, une centaine de gendarmes sont arrivés sur les lieux. Ils sont parvenus à maîtriser la situation, d’une grande violence, et à prendre en charge les cinq personnes blessées qui ont été admises au centre hospitalier de Bastia. Elles en sont sorties dimanche dans l’après-midi.

La plage de Sisco où trois véhicules ont été incendiés.
La plage de Sisco où trois véhicules ont été incendiés. - PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
  • Cette altercation a-t-elle pour origine le port de burkinis par des femmes ?

C’est ce que prétend l’une des témoins de la scène. Au mégaphone, cette jeune fille mineure a raconté ce qu’il se serait passé devant la foule réunie, dimanche, à Bastia. Selon elle, la rixe aurait éclaté alors que plusieurs femmes se baignaient en burkini sur la plage de Sisco. Elles auraient été prises en photo par des touristes ce qui aurait conduit à faire monter la tension sur la plage.

>> Faits divers : Un problème de burkini à l'origine de la rixe en Corse?

Toujours selon ce témoignage, plusieurs hommes d’origine maghrébine sont arrivés, sur les lieux, munis de hachettes, s’en prenant à un groupe de jeunes gens corses, âgés de 15 à 18 ans et qui étaient sur la place. En réponse, des parents des jeunes corses seraient alors « descendus du village » pour en découdre. Sur Twitter, d’autres témoins avancent, eux aussi, le port de burkinis comme la raison de cette altercation.

  • Comment la situation a-t-elle évolué ensuite ?

Réunis à Bastia, dimanche matin, certains manifestants ont été reçus à la préfecture. A leur sortie, dans une ambiance très tendue, la foule a crié « Aux armes, on va monter parce qu’on est chez nous » et s’est dirigée vers le quartier Lupino, dont les jeunes d’origine maghrébine seraient originaires. Dépêchés sur le secteur, les gendarmes mobiles ont rapidement bloqué l’accès à ce quartier.


Corse : rassemblent à Bastia après une rixe… par 20Minutes

Peu après, les manifestants sont allés jusqu’à l’hôpital où un jeune homme d’origine maghrébine, blessé samedi, était hospitalisé. Des CRS venus en renfort se sont positionnés à proximité et ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule après avoir été la cible de projectiles.

  • Comment la classe politique a-t-elle réagi à cette affaire ?

Dès samedi, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, a condamné « avec force ces violences » et « assuré la mobilisation de ses services » pour « faire la lumère sur ces faits intolérables et interpeller les auteurs ».

Le président du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, et celui de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, ont lancé un appel au calme et au refus de toute réaction inappropriée ».

De son côté, Florian Philippot a réagi au nom du Front national. « Rien d’étonnant quand l’Etat laisse agir la racaille et la violence islamiste sans réponse », a-t-il indiqué. Quant au parti Debout la France, il a exigé dans un communiqué « l’interdiction générale et absolue du burkini sur toutes les plages de France ».

De son côté, le maire (PS) de Sisco, Ange-Pierre Vivoni, a pris un arrêté interdisant le port du burkini sur les plages de sa commune, a-t-il indiqué lundi matin. Il a réuni, dimanche soir, un conseil municipal extraordinaire et a précisé que cet arrêté serait enregistré en préfecture dès mardi matin. Il s'est appuyé sur deux arrêtés similaires, notamment celui de la mairie de Cannes (Alpes-Maritimes), validé récemment par la justice.

>> Cannes: La justice valide l'arrêté interdisant le port du burkini

Mots-clés :