Des « égratignures » constatées, « mais rien de significatif ». L’autopsie de l’homme de 24 ans, dont le décès mardi a déclenché des échauffourées dans le Val d'Oise, montre qu’il souffrait d’une « infection très grave » et n’a pas subi de violences, a annoncé jeudi le parquet à l’AFP. « Il avait une infection très grave », « touchant plusieurs organes », a déclaré le procureur de la République de Pontoise Yves Jannier, ajoutant que le médecin légiste n’avait pas relevé de « traces de violence significatives ».

>> A lire aussi: Pourquoi le #BLMFrance est devenu une tendance sur Twitter

La thèse du malaise cardiaque rejetée par la mère

Des examens complémentaires, notamment bactériologiques et toxicologiques, seront ordonnés pour avoir un « panel d’examens absolument complet ». La mort d’Adama Traoré mardi lors de son interpellation avait été qualifiée de « bavure » par les habitants de son quartier.

Interpellé par les gendarmes, le jeune homme aurait fait un malaise cardiaque, selon leur version. Une thèse rejetée par sa mère. Deux enquêtes ont été ouvertes - l’une de la section de recherches, l’autre de l’inspection générale de la gendarmerie - pour « éclairer » les circonstances de son décès, avait indiqué le procureur de la République de Pontoise Yves Jannier. 

Depuis son décès, intervenu au moment de son arrestation par les gendarmes, des violences ont éclaté deux nuits de suite dans les communes voisines de Beaumont-sur-Oise, Persan et Bruyères-sur-Oise.