Le camp se déroule du 1er au 10 août à Bure, commune qui devrait accueillir d'ici dix ans un centre d'enfouissement de déchets radioactifs.
Le camp se déroule du 1er au 10 août à Bure, commune qui devrait accueillir d'ici dix ans un centre d'enfouissement de déchets radioactifs. - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

C'est une nouvelle étape pour le projet controversé de stockage de déchets nucléaires radioactifs à Bure (Meuse). Les députés ont donné lundi leur feu vert à un scénario précisé de «réversibilité», via un texte LR-UDI définitivement adopté après ce vote identique au Sénat.

>> A lire aussi: Qui sont ces militants réunis à Bure?

Ce projet Cigéo, à 500 mètres sous terre dans une couche d'argile à la frontière de la Meuse et de la Haute-Marne, pour 3% du volume total des déchets les plus radioactifs produits en France, et pour les déchets à la durée de vie la plus longue, fait l'objet de controverses depuis des lustres.

«Enterrez la loi Longuet»

A la mi-journée, des militants de «Sortir du nucléaire» ont déployé près de l'Assemblée des banderoles barrées des slogans «Enterrez la loi Longuet, pas les déchets nucléaires», ou «Déchets nucléaires, vote sans issue».

La proposition de loi des sénateurs meusiens de droite, Gérard Longuet et Christian Namy, entend préciser la définition de la «réversibilité» du stockage datant de 2006, si de nouvelles technologies permettaient leur retraitement.

Au nom du gouvernement, le secrétaire d'Etat au Développement et à la Francophonie, André Vallini, a affiché devant moins d'une trentaine de députés le soutien à «une étape importante d'un processus de long terme, qui dépasse les clivages politiques et relève de notre responsabilité vis-à-vis des générations futures». Julien Aubert (LR) a plaidé pour «un engagement irréversible» permettant la poursuite du projet.

Une phase industrielle pilote sera menée 

Rapporteur PS, Christophe Bouillon a appelé à «éviter deux écueils: un projet figé s'étalant sur plus de cent ans sans laisser la possibilité aux générations suivantes de changer la copie», mais aussi «ne rien faire» alors que «ces déchets existent».

Les écologistes critiques du gouvernement ont échoué à faire rejeter d'emblée ou renvoyer en commission un texte «écologiquement contestable et économiquement néfaste» vu le coût, estimé selon eux jusqu'à 41 milliards d'euros, et la situation financière d'EDF. 

En cas d'autorisation, une phase industrielle pilote sera menée pendant au moins cinq ans. Si elle est concluante, les premiers déchets ne seront reçus qu'après 2030, a plaidé celui qui est aussi président du conseil d'administration de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), «conflit d'intérêts» selon les opposants.  

Mots-clés :