Procès Neyret: Le «super-flic» condamné à 2 ans et demi de prison ferme pour corruption

JUSTICE Son épouse a été condamnée à 8 mois d'emprisonnement avec sursis..

Clémence Apetogbor

— 

Michel Neyret arrive à l'audience du 10 mai 2016, à Paris.

Michel Neyret arrive à l'audience du 10 mai 2016, à Paris. — THOMAS SAMSON / AFP

Après quatre semaines d’audience, le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce mardi l’ex n°2 de la PJ lyonnaise, Michel Neyret, à 30 mois de prison ferme.

Ce « flic respecté » et ancienne star de l’antigang, avait été mis en examen pour corruption, association de malfaiteurs, trafic d’influence, violation du secret professionnel et recel. Quatre ans de prison, dont 18 mois avec sursis, avaient été requis contre lui.

L’ancien policier, qui a déjà effectué huit mois de détention provisoire dans ce dossier, ne retournera pas derrière les barreaux, sa peine étant aménageable.

Les ex-subordonnés de Neyret relaxés

La justice devait se prononcer sur les motivations et la culpabilité de Michel Neyret, soupçonné d’avoir détourné du cannabis saisi par la police, avant son placement sous scellés ou sa destruction, afin de rémunérer des « indics ».

La femme du commissaire, Nicole Neyret, a elle été condamnée à 8 mois de prison avec sursis. Le tribunal considère qu’elle n’ignorait rien des actes de corruption de son mari.

Christophe Gavat et Gilles Guillotin, ex-subordonnés de Michel Neyret, ont eux été relaxés.

Le capitaine Jean-Paul Marty a été condamné à 3 mois de prison avec sursis avec non-inscription au casier judiciaire.

« L’indic » Stéphane Alzraa est condamné à 2 ans de prison ferme et 250.000 euros d’amende. Un mandat d’arrêt international a été émis contre lui. Gilles Benichou, autre « indic » en fuite, écope de 5 ans de prison ferme et d’une amende de 100.000 euros. Un mandat d’arrêt est également émis contre cet « escroc au centre du dossier ».