Cazeneuve déclare avoir proposé «personnellement» d'interdire les manifestations

MOUVEMENT François Hollande et Manuel Valls lui avaient demandé, après les « événements extrêmement graves » survenus le 14 juin, « de discuter avec les organisations syndicales d’un dispositif »...

20 Minutes avec AFP

— 

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, le 22 juin 2016.

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, le 22 juin 2016. — AFP

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué jeudi avoir proposé « personnellement » d’interdire les manifestations et qu’il en avait rendu compte à François Hollande et Manuel Valls, lors de la séance des questions au gouvernement devant le Sénat.

« J’ai (…) pris la responsabilité personnellement et j’en ai rendu compte au Président de la République et au Premier ministre de proposer l’interdiction de ces manifestations », a indiqué le ministre, en réponse à une question du sénateur Roger Karoutchi (Les Républicains). Il faisait allusion aux manifestations du 23 et 28 juin.

« Nécessaire sécurité des manifestations » et  « liberté de manifester »

François Hollande et Manuel Valls lui avaient demandé, après les « événements extrêmement graves » survenus le 14 juin, « de discuter avec les organisations syndicales d’un dispositif » permettant d’éviter une répétition de tels débordements, a expliqué le ministre.

« J’ai fait des propositions aux organisations syndicales, elles les ont refusées », a-t-il dit. Après avoir proposé une telle interdiction, « les organisations syndicales ont souhaité alors me revoir », a poursuivi Bernard Cazeneuve.

« Elles ont accepté (…) des propositions que la veille (elles) n’avaient pas accepté et qui me paraissaient être de nature à permettre le bon déroulement de ces manifestations. Nous sommes donc parvenus à assurer la conciliation entre la nécessaire sécurité des manifestations et la liberté de manifester », a précisé le ministre de l’Intérieur.

« Il n’y a là rien d’autre, a-t-il conclu, que la volonté de respecter les principes républicains qui ont toujours inspiré l’action du gouvernement, c’est-à-dire l’usage proportionné de la force, intransigeance et fermeté à l’égard des casseurs, respect de la liberté de manifester et pour cela (des) discussions avec les syndicats pour parvenir au compromis nécessaire. »