La décision vient du président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti. Une habitante de Cannet, condamnée le 17 juin par le tribunal correctionnel de Nice pour  apologie publique d’un acte de terrorisme et recel de documents en faisant l’apologie, va se voir retirer le RSA, une allocation qu’elle percevait depuis avril 2014.

« Devant la gravité de ces faits, j’ai décidé de mettre fin immédiatement au versement de son allocation », indique le député Les Républicains sur son site internet. Fichée S, cette femme avait été contrôlée à son retour de Tunisie « en possession de documents de propagande djihadiste et de nombreuses images de scènes de torture (…) ».

Une procédure en vue d’une radiation rétroactive

Or, « le départ prolongé pour l’étranger d’un allocataire du RSA constitue, en effet, un motif d’interruption de son versement et, s’il est établi, permet d’en exiger le remboursement a posteriori », selon Eric Ciotti, qui indique que la situation de la jeune femme fait donc « dès à présent l’objet d’un contrôle approfondi en vue de sa radiation rétroactive du RSA ».

« Tout doit être mis en œuvre pour que l’argent de la solidarité nationale ne finance pas le terrorisme », ajoute le député LR, précisant qu’il avait déjà radié de cette prestation sociale un autre habitant des Alpes-Maritimes, qui était parti en Syrie en 2014.