Policiers tués dans les Yvelines: Un djihad de proximité signé Daesh

TERRORISME L'agence de presse de Daesh revendique l'attaque qui a eu lieu lundi soir à Magnanville...

Florence Floux

— 

Des combattants de Daesh dans une vidéo de propagande de février 2015.

Des combattants de Daesh dans une vidéo de propagande de février 2015. — AP/SIPA

Les attaques envers les forces de l’ordre semblaient avoir cessé. Ce lundi soir, à Magnanville (Yvelines), un commandant de police a été tué de plusieurs coups de couteau devant chez lui. L’agresseur s’est ensuite retranché au domicile de la victime, où se trouvaient la compagne du policier ainsi que son fils âgé de 3 ans. Les hommes du Raid, intervenus après plusieurs heures de négociations, ont fini par découvrir le cadavre de la mère de l’enfant et ont pu sauver le petit garçon.

>> A lire aussi : Ce que l'on sait du meurtre d'un policier à Magnanville

L’identité du forcené a été révélée : il s’agit de Larossi Abballa, 25 ans, originaire de Mantes-la-Jolie. Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête, a indiqué le parquet de Paris, « compte tenu de la cible, du mode opératoire et des propos tenus pendant les négociations avec le Raid ». L’agence de presse de Daesh a également revendiqué l’attaque, selon SITE.

Cette nouvelle attaque, si le caractère terroriste était confirmé, illustrerait parfaitement le terrorisme de proximité prôné par Daesh au cours des dernières années. Depuis 2014, l’organisation incite à tuer les « mécréants » avec les moyens du bord. « Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen - en particulier les méchants et sales Français - ou un Australien ou un Canadien ou tout (…) citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’Etat islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière », appelait en septembre 2014 Abou Mohamed al-Adnani, considéré comme l’un des cerveaux des attentats du 13 novembre.

« Si vous n’arrivez pas à vous procurer un pistolet »

« Tuez le mécréant qu’il soit civil ou militaire », ajoutait-il dans son message audio. Dans une autre vidéo, un homme cagoulé était encore plus explicite : « Faites exploser la France. Explosez leur tête que ce soit avec une pierre, où quoi que ce soit si vous n’arrivez pas à vous procurer un pistolet. »

Malgré l’absence de hiérarchie dans cet appel au meurtre, les représentants des forces de l’ordre - et donc de l’Etat - ont pourtant constitué des cibles priviligées pour les individus isolés étant passés à l’acte récemment.

Plusieurs cas d’attaques

A Joué-les-Tours en décembre 2014, un homme armé d’un couteau s’en était pris à trois policiers devant un commissariat. En décembre dernier, Bernard Cazeneuve révélait qu' un attentat contre un commissariat d’Orléans (Loiret) avait été déjoué.

Lors du siège du Raid de l’appartement toulousain de Mohamed Merah, celui-ci avait révélé au policier des renseignements qu’il comptait s’en prendre à un commissariat après avoir ciblé des militaires et des enfants juifs de l’école Ozar Hatorah.

L’enquête sur l’attaque de Magnanville a été confiée à la Sous-direction anti-terroriste (SDAT), à la PJ de Versailles ainsi qu’à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).