VIDEO. Periscope: Un SMS envoyé, la victime évoque un viol... Que sait-on du suicide?

FAITS DIVERS Une jeune femme a diffusé en direct les images de son propre suicide sur Internet, ce mardi après-midi…

N.Beu.

— 

Illustration de mesure de ponctualité sur le RER.

Illustration de mesure de ponctualité sur le RER. — A. Gelebart / 20 MINUTES/SIPA

L’horreur en live sur Internet. Mardi après-midi, une jeune femme a filmé son suicide à Egly (Essonne) et diffusé les images en direct sur Periscope. Un drame qui a poussé le parquet d’Evry à ouvrir une enquête mercredi matin. Que s’est-il passé ? 20 Minutes fait le point.

Que sait-on des circonstances du suicide ?

Il s’est produit à 16h29 en gare d’Egly (Essonne), selon un communiqué du parquet d’Evry. La victime s’est jetée sous la rame du RER C, quelques minutes après avoir adressé un SMS à l’un de ses proches pour l’avertir de son geste et après avoir diffusé au cours de la journée plusieurs vidéos grâce à l’application Periscope. La ligne C a ensuite été paralysée pendant plus de deux heures, le temps que les secours interviennent.

Le téléphone portable de la victime a été saisi par les enquêteurs de la brigade des recherches de Palaiseau, qui cherchent à déterminer les causes de la mort de la victime.

Qui est la victime ?

Le parquet ne précise que son sexe, féminin, et son année de naissance, 1997. Mais les vidéos postées sous pseudo par la victime, que le parquet et la gendarmerie sont en train d’authentifier, en disent plus. La jeune femme, brune aux cheveux longs, percée sous les lèvres, y raconte notamment qu’elle habite Arpajon, une ville située près d’Egly, et qu’elle travaille « dans une maison de retraite » à temps partiel.

Qu’ont vu les internautes ?

Plusieurs vidéos ont été publiées au cours de la journée de mardi. La jeune femme y fait un teasing autour d’un événement à venir dont elle ne dit pas la teneur, en tout cas pas dans les passages que nous avons pu visionner. Entre des banalités sur les piercings, la cigarette et le courrier déposé par le facteur, elle avertit toutefois les « mineurs » que les images à venir peuvent être « choquantes », et précise qu’elle a un « message » à faire passer et qu’il concerne un « mec » de son entourage. « Tant qu’on ne tape pas dans la provoc', les gens ne comprennent pas », explique-t-elle. Selon les premiers éléments de l’enquête mentionnés par l’AFP, d’autres images, depuis censurées, la montrent ensuite évoquant un viol dont elle désigne l’auteur. Avant la séquence finale, dans laquelle elle met fin à ses jours. Le dernier plan donne à voir un pompier ramassant le téléphone au sol, près d’un RER. Selon nos informations, la vidéo a ensuite été signalée à Periscope, qui l’a retirée. Mais des montages continuent de circuler sur YouTube. Les gendarmes, eux, ont été « alertés vers 16h30 par un utilisateur de Periscope qui était connecté avec la victime et nous disait qu’elle n’allait pas bien », ont-ils précisé à l’AFP. Trop tard pour empêcher le drame.