#Nuitdebout, c'est aussi une histoire de tee-shirts (et de marketing)

WEB Différents sites, la plupart du temps sans lien avec le mouvement, proposent des tee-shirts à la gloire de Nuit Debout…

Nicolas Beunaiche

— 

Tee-shirt Nuit Debout créé par Tee4Tee et vendu sur le site Spreadshirt.

Tee-shirt Nuit Debout créé par Tee4Tee et vendu sur le site Spreadshirt. — TEE4TEE

Le tee-shirt « I < 3 Bernard » de François Ruffin est-il passé de mode ? Symbole des débuts de Nuit Debout, le tee-shirt à l’effigie de Bernard Arnault, héros malgré lui du film Merci Patron, a en tout cas désormais de la concurrence. Noirs, blancs, beiges, avec ou sans dessin… Ces dernières semaines, différents modèles de tee-shirts ont été commercialisés sur des sites de vente en ligne, au mépris parfois de la philosophie anticonsumériste du mouvement. Vous avez dit récupération ?

Le journaliste François Ruffin.
Le journaliste François Ruffin. - Photo du film - Fakir

Xavier Renou, lui, s’en défend. Et pour cause : à la tête de la Boîte militante, issue du collectif des Désobéissants, il fait partie du petit groupe impliqué dans Nuit Debout depuis ses prémices en février. S’il a décidé de mettre en vente un t-shirt à la gloire de Nuit Debout sur sa Boutique militante, au milieu des badges, des autocollants et des livres, c’est pour « véhiculer ses idées » et « financer les luttes progressistes » de son association.

T-shirt Nuit Debout vendu par La Boutique militante.
T-shirt Nuit Debout vendu par La Boutique militante. - LA BOUTIQUE MILITANTE

« Grâce aux ventes, nous pouvons par exemple organiser une tournée des Nuits Debout pour y former aux méthodes de l’action non violente ceux qui le veulent », explique celui qui intervient également sur TV Debout.

« On s’est dit que ce serait joli »

Tous les créateurs de tee-shirts n’ont toutefois pas les mêmes relations privilégiées avec le mouvement. « Je n’ai aucun lien avec Nuit Debout, si ce n’est celui de la sympathie », reconnaît Pascal, un graphiste free-lance breton qui vend ses créations Tee4Tee sur le site Spreadshirt. Pour lui, si « produire des tees peut effectivement être perçu comme de la récup’», c’est aussi « une manière de s’exprimer sur textile ». De fait, nombre des t-shirts qu’il commercialise sont liés à l’actualité, et certains sont même franchement engagés, comme ceux brocardant le FN, le Tafta ou la société de consommation. Des combats que ne renieraient pas les nuitdeboutistes.

T-shirt Nuit Debout créé par Tee4Tee et vendu sur le site Spreadshirt.
T-shirt Nuit Debout créé par Tee4Tee et vendu sur le site Spreadshirt. - TEE4TEE

C’est moins évident pour SMB Création et France Graphik. Sur le site du premier, difficile par exemple de percevoir la cohérence entre le message « Nuit Debout » et ses voisins « Pas besoin de chance quand on a des couilles » et « Ce soir je pécho, au pire je me mets ma race ».

T-shirt Nuit Debout vendu sur le site SMB Création.
T-shirt Nuit Debout vendu sur le site SMB Création. - SMB CREATION

Quant au second, il propose essentiellement des t-shirts jouant sur la fierté régionale ou nationale. « Ben », son patron, ne cherche d’ailleurs pas à se rattraper aux branches du militantisme. « Nous avons eu l’idée de créer ce t-shirt en imaginant tous les manifestants habillés de la même manière et on s’est dit que ce serait joli et ferait son petit effet », explique-t-il simplement.

T-shirt Nuit Debout créé par France Graphik.
T-shirt Nuit Debout créé par France Graphik. - TEEZILY.COM / FRANCE GRAPHIK

Pour autant, pas question pour lui de « gagner de l’argent sur le dos des manifestants » : en signe de bonne volonté, « nous l’avons mis à un bas prix [9,80 euros] avec une petite marge symbolique ».

Pas vraiment un carton

Si tant de sites se sont lancés sur le créneau, c’est aussi que la marque Nuit Debout n’appartient à personne. « Tant que nous n’avons validé aucune demande de dépôt de marque, personne ne peut interdire à ces sites de vendre des produits avec la mention Nuit Debout », indique ainsi Laurent Mulatier, responsable du service du contentieux à l’Inpi (Institut national de la propriété intellectuelle). A moins que le créateur de l’expression se manifeste ; « lui pourrait s’opposer devant les tribunaux à la commercialisation de produits », explique Laurent Mulatier. Pas un problème pour Xavier Renou. « Nous sommes bien connus sur la place et de la plupart des figures de cette lutte », justifie-t-il. Ce qui n’empêche pas  certains manifestants de se montrer hostiles à sa démarche

Ceux-là seront ravis de savoir que le tee-shirt n’a pas fait un carton. En trois semaines, « une trentaine » seulement ont été vendus dans la boutique de Xavier Renou. Pire encore sur les plateformes plus commerciales : SMB Création n’a réalisé qu’une petite vente, et Tee4Tee aucune. Une question de goût et de couleurs, peut-être.

Mots-clés :