«Panama Papers»: La Société Générale poursuit en diffamation Jérôme Kerviel et Jean-Luc Mélenchon

PARADIS FISCAUX La banque dénonce des propos calomnieux et attaque en justice…

H. B. avec AFP

— 

Illustration de la Société Générale

Illustration de la Société Générale — BERTRAND LANGLOIS / AFP

La Société Générale contre-attaque. Après les révélations des « Panama Papers » la mettant en cause et les déclarations de certaines personnalités dans les médias, la banque a décidé de riposter. Via un communiqué, elle a annoncé poursuivre en diffamation Jean-Luc Mélenchon, Jérôme Kerviel et Me David Koubbi

« Les propos calomnieux tenus à l’encontre de Société Générale et ses dirigeants par M. Mélenchon et les membres du comité de soutien de Jérôme Kerviel qui, il faut le rappeler, a été condamné au pénal à plusieurs reprises pour faux et usage de faux et abus de confiance, sont, non seulement intolérables et inacceptables pour la Société Générale et pour ses 145 000 salariés, mais surtout relèvent de la diffamation », écrit la banque dans un communiqué.

>> A lire aussi : «Panama papers»: Comment la Société Générale a créé ses 979 sociétés offshore

Une action en justice contre « toute personne qui proférerait de tels propos »

L’ancien trader de la banque, Jérôme Kerviel avait dénoncé les mensonges de son ancien employeur qu’il a qualifié de « multirécidiviste » en matière de paradis fiscal.

>> A lire aussi : VIDEO. «Panama Papers»: Le tweet ironique de Jérôme Kerviel à la Société générale

Jean-Luc Mélenchon, le chef de file du Front de gauche, avait pour sa part déclaré que la Société Générale était « une industrie de la triche, de la fraude et de la combine ».

« Société Générale ne laissera pas proférer de telles accusations à l’encontre de l’entreprise et de ses dirigeants et a donc donné instruction de lancer les actions judiciaires en diffamation à l’encontre de M. Mélenchon, M. Koubbi et M. Kerviel ainsi que de toute personne qui proférerait de tels propos », ajoute la banque dans son communiqué.