Les services de police devant l'appartement d'Argenteuil.
Les services de police devant l'appartement d'Argenteuil. - GEOFFROY VAN DER HASSELT

La police a mené jeudi soir des perquisitions à Argenteuil (Val-d’Oise), où des explosifs ont été découverts, après l’interpellation d’un homme suspecté d’être impliqué dans un projet d’attentat en France, conduit à un « stade avancé », mais qui semble sans lien avec les attaques qui ont frappé Bruxelles mardi ou Paris en novembre.

Le dispositif de sécurité mis en place dans le quartier de la ville du Val-d’Oise a été levé vendredi matin.

Des explosifs « TATP » retrouvés

Les policiers ont découvert des explosifs « TATP », l’explosif qui a été utilisé en début de semaine dans les attentats à Bruxelles, mais aussi plusieurs kalachnikovs et des armes de poing, révèle France Info. Des détonateurs, de l’acétone et de l’eau oxygénée auraient aussi été retrouvés, selon RTL.

​Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont mené cette « interpellation importante » jeudi matin, a annoncé dans la soirée le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, selon qui elle a permis « de mettre en échec un projet d’attentat en France, conduit à un stade avancé ».

Des « opérations de déminage sont en cours »

Jeudi dans la soirée, l’opération se poursuivait avec des perquisitions dans un immeuble d’habitation évacué de ses occupants à Argenteuil. Une petite quantité d’explosifs, dont la nature n’a pas été précisée, a été retrouvée au domicile de l’homme interpellé, selon une source policière. Des « opérations de déminage [étaient] en cours afin que les policiers puissent procéder à la perquisition de l’appartement, du parking et des parties communes dans des conditions optimales », avait expliqué Bernard Cazeneuve.

A lire aussi: Nouvelles mesures en France pour renforcer la sécurité

​Un vaste périmètre de sécurité a été mis en place, des voitures de police et des policiers en armes barrant l’accès à la rue et maintenant plusieurs dizaines de badauds à distance. « J’ai essayé de rentrer chez moi mais les policiers ne m’ont pas laissé », pestait Karim, 19 ans, habitant dans l’immeuble voisin. Pour sa soeur Kolod, 23 ans, « normalement c’est très tranquille comme quartier ». « C’est bizarre mais en même temps c’est rassurant de voir ces policiers », a-t-elle ajouté.

Vendredi matin, les services de déminage ont continué leurs opérations. Des habitants ont entendu des explosions. « Il s’agit d’une opération de neutralisation des engins découverts » a prévenu sur Twitter le maire d’Argenteuil Georges Mothron.

L’homme interpellé ce matin par la DGSI, de nationalité française, est « suspecté d’être impliqué à haut niveau dans ce projet. Il évoluait au sein d’un réseau terroriste qui projetait de frapper la France », a expliqué le ministre de l’Intérieur. Il aurait déjà été condamné à l’étranger pour des actes de terrorisme, d’après ITélé.

Mots-clés :