Le cortège anti-loi El Khomri s'avance non loin de la place de la mairie à Rennes le 24 mars 2016
Le cortège anti-loi El Khomri s'avance non loin de la place de la mairie à Rennes le 24 mars 2016 - J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

L'ESSENTIEL

  • Le projet de loi modifiant le droit du travail arrive en Conseil des ministres ce jeudi
  • A Paris, une manifestation s'est élancée vers 13h30 de Montparnasse en direction des Invalides. Une quinzaine d'interpellations ont eu lieu à Paris
  • La mobilisation a été également significative à Nantes, où neuf personnes ont été interpellées, et à Toulouse, Rennes, Marseille et Strasbourg

 

A LIRE AUSSI

Ce que le gouvernement a modifié dans la loi El Khomri

 


18h00: Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi. Bilan de la journée : Une mobilisation plutôt en baisse par rapport à la journée du 17 mars, quelques échauffourées alimentées par des casseurs et quelques interpellations à Paris, Rennes et Nantes.
Une enquête a dû être ouverte par l'IGPN après la diffusion d'une vidéo montrant un policier porter un coup violent à un lycéen apparemment peu menaçant, à Paris. 


17h45 : L’UNEF condamne les violences policières contre les manifestants. Dans un communiqué, le syndicat étudiant déplore « l’intervention disproportionnée ou injustifiée des forces de l’ordre » contre les lycéens et étudiants. L’UNEF insiste notamment sur le traitement réservé à un lycéen parisien violemment frappé par un policier.

 


17h39 : Des incidents à Rouen devant une permanence du Parti Socialiste. A Rouen, 800 personnes ont manifesté selon la police. Des incidents ont eu lieu devant une permanence du parti socialiste, déjà l'objet de jets de projectiles et de dégradations lors des deux manifestations précédentes contre la loi El Khomri, et qui était protégée par des CRS.

 


17h36 : Grosse mobilisation au Havre. La manifestation a mobilisé 2.900 personnes selon la police et 8.000 selon les organisateurs. Les personnels du deuxième port de France, agents portuaires et dockers CGT, représentaient le gros des troupes.

 


17h33 : A Grenoble, la manifestation a dégénéré.  Des manifestants anarchistes se seraient mêlés au cortège, jetant des projectiles sur les forces de l’ordre qui auraient répliqué à coups de gaz lacrymogène…

 


17h10 : Les premiers chiffres de la mobilisation à Toulouse sont tombés. Et comme d’habitude, organisateurs et police ne sont pas d’accord.

 


17h00: Neuf personnes interpellées à Nantes. Des incidents ont opposé les forces de l'ordre à des manifestants cagoulés lors d'un défilé de plusieurs milliers de personnes. Au moins neuf personnes ont été interpellées. 

 


16h40 : L’heure du bilan à Marseille. Entre 2.000 et 3.000 personnes, principalement des lycéens selon notre reporter, ont manifesté de la place Félix-Baret à la Canebière. La manifestation a un peu dérapé lorsque le cortège s’est dirigé d’une part vers l’autoroute A7, d’autre part vers la gare Saint-Charles.

Les manifestants marseillais dans la gare Saint-Charles
Les manifestants marseillais dans la gare Saint-Charles - M. Penverne / 20 Minutes

Les forces de l’ordre ont, là aussi, fait usage de gaz lacrymogènes pour évacuer la gare. Toute le monde s’est replié à la fac Saint-Charles. Les manifestants se donnent rendez-vous au 31 mars.


16h10 : L’IGPN enquête sur un cas de violence policière près du lycée Henri-Bergson du 19e arrondissement. A la suite de la diffusion d’une vidéo montrant un policier frappant durement un jeune homme pourtant visiblement déjà maîtrisé, l’inspection générale de la police nationale a été saisie. D’après les témoignages recueillis par BFMTV, le lycéen âgé de 15 ans essayait de s’éloigner d’un nuage de gaz lacrymogène lorsque les policiers ont voulu le retenir.

 


15h40: Les Strasbourgeois sont inspirés. La manifestation strasbourgeoise, qui a finalement rallié 600 participants selon notre reporter sur place, est arrivée à destination devant un amphithéâtre de l'université de Strasbourg, occupé pour l'occasion. Notre journaliste a pu saisir quelques slogans pour le moins originaux...

 


15h30: Un magasin attaqué à Rennes. Selon un témoignage récolté par notre rédaction rennaise, un magasin Lacoste du centre-ville a été victime du passage d'une trentaine de casseurs. «Ça a duré dix secondes, pas plus», selon une vendeuse. Selon le responsable de la boutique, 150 articles ont été volés pour un préjudice qui dépasserait 5.000 euros. Deux salariées, bousculées et très choquées, ont été prises en charge aux urgences. D'après la police, c'est le seul magasin touché.

 


15h15: Quinze interpellations au total. Le bilan de la manifestation, dressé par les forces de l'ordre, fait état de quinze interpellations, et deux voitures brûlées. Une source policière a déclaré à l'AFP que deux agents des forces de l'ordre avaient été blessés. D'après cette source, la manifestation parisienne a rassemblé environ 5.000 personnes.

14h50: Fin de cortège à Paris, une voiture en feu. La tête du cortège est arrivée aux Invalides vers 14h30. Une voiture est en feu sur le côté de l'avenue Bosquet, à quelques mètres du siège du syndicat patronal MEDEF, selon notre journaliste sur place. A part ça, aucun heurt particulier n'est à recenser lors de la dispersion.

 


14h40: Une détonation près du ministère des Affaires Sociales. D'après notre reporter présente dans le cortège parisien, une forte détonation a été entendue du côté du ministère des Affaires Sociales, avenue Duquesne.

D'après certains témoignages, il pourrait s'agir d'une bombe agricole, sorte de cocktail explosif artisanal parfois employé par certains ultras des clubs de foot.


14h30: Ça se tend de nouveau à Rennes. Alors que la situation s'était calmée dans la capitale bretonne, de nouveaux heurts ont éclaté en début d'après-midi. Installés sur la place Hoche, pour barrer l'accès à la préfecture, les policiers ont chargé en faisant usage de gaz lacrymogènes. Selon notre rédaction rennaise, une personne a été interpellée par les forces de l'ordre.
14h15: Bilan modeste à Strasbourg. Selon un comptage de notre journaliste sur place, le rassemblement «Non merci» à la loi Travail rassemble 400 opposants «au maximum» ce jeudi, dont une majorité d'étudiants. On les voit ici avant le départ, place Kléber.

 


14h05: Des barrages filtrants à l'entrée de Lille-3. Ça bouge un peu à Lille. Selon la Voix du Nord, les entrées du campus littéraire de l'université de Lille, à Villeneuve d'Ascq, étaient contrôlées ce matin par des opposants au projet de loi El Khomri. Une manifestation devait s'élancer vers 14h du centre-ville de Lille.

13h55: Un sit-in entre deux cortèges à Rennes. Petite pause bien méritée à Rennes. Alors que la police avait, un temps, bouclé la place de la mairie, des opposants à la loi Khomri savourent visiblement leur arrivée sur les lieux. L'atmosphère, qui s'était tendue peu après midi, est aparemment devenue plus sereine.

 


13h45: Le cortège vient sulement de s'élancer. Avec plus d'une heure de retard, la manifestation parisienne vient de commencer à bouger depuis le boulevard Montparnasse. Objectif: Les Invalides.

 


13h45: La CGT très active à Marseille. La CGT, avec notamment les dockers du port, a tenté d'encadrer le cortège d'opposants au projet de loi travail. Ils ont réussi à dévier le cortège lorsqu'il s'approchait du Vieux-Port. Certains manifestants ont pénétré sur l'autoroute A7. Et des membres de l'union départementale CGT ont envahi les locaux de la chambre de commerce, rappporte marsactu.fr.
13h35: Incidents en fin de manif à Nantes aussi. Selon la préfecture, environ 6.000 manifestants étaient mobilisés ce jeudi à Nantes. Là aussi quelques incidents se sotn produits à partir de 12h45, la manifestation étant dispersée à coups de gaz lacrymogènes. Certains individus ont pris pour cible des façades de banques, d'après nos confrères de Presse Océan.

13h30: La jeunesse toujours mobilisée à Paris. Pendant ce temps-là, Sciences Po, l'université de Paris-8 (Saint-Denis) et plusieurs lycées sont bloqués dans, et autour de la capitale. A Sciences Po, la mobilisation ne date pas de ce jeudi d'ailleurs.

 


13h15: Video des incidents avec la police à Paris. Un internaute a posté vers 12h20 une video qui illustre le témoignage récolté par 20 Minutes à Paris, faisant état de dizaines d'individus cagoulés venus pour en découdre avec la police, et non avec la loi travail... La séquence est tournée à l'entrée du boulevard de Port-Royal.

 


13h: Gaz lacrymogènes à Rennes. Dans la capitale bretonne, où le rassemblement d'opposants était prévu à midi pile, plusieurs individus renversent poubelles et mobilier urbain sur le passage du cortège. Les forces de l'ordre ont déjà dû faire usage de gaz lacrymogène, relève notre journaliste sur place.

 


13h00: A Paris, les lycéens sont en tête de cortège. Les jeunes Parisiens sont apparemment plus remontés que les autres.

 


12h45: Une mobilisation lycéenne en baisse? Selon un décompte du Gouvernment, 57 lycées étaient bloqués ce jeudi matin en France. C'est deux fois moins que la semaine dernière, où 115 établissements avaient été ciblés par les opposants au projet de loi El Khomri. Dans certaines académies, comme Lille, Strasbourg ou Montpellier, les lycéens ont visiblement préféré passer leur tour pour attendre le mouvement du 31 mars, prévu de longue date.

 


12h40: Des visages masqués à Marseille. Au bord du cortège marseillais, qui remonte la rue de Forbin en chanant «El Khomri va n** ta mère, que la cane cane bièèère», notre journaliste observe «de plus en plus de visages masqués».
12h35: Incidents à Paris. La vitrine d'un commerçant installé à Port-Royal, au centre de Paris, a été brisée, en marge d'un affrontement entre des casseurs et les forces de l'ordre. Selon Alain, qui tient une épicerie fine, «ils étaient plusieurs dizaines, cagoulés et habillés en noir» à avoir visé les policiers déployés sur le trottoir. Selon ce témoin, ils se servaient de bouteilles vides sorties dans la rue pour le rammassage des poubelles...
12h30: Incidents à Nantes. On apprend que ce matin à Nantes, sept personnes âgées de 16 à 19 ans onnt été interpellés à proximité de la station de tramway Recteur-Schmitt pour des jets de projectiles sur les forces de l'ordre.

12h15: A Rennes, le blocage de la fac a été annulé. Le principe d'un blocage du campus littéraire de Rennes-2 avait été adopté lundi, avant d'être finalement rejeté lors d'une assemblée générale, mercredi. Selon notre rédaction sur place, les étudiants ont néanmoins visité «quelques lycées» ce jeudi matin pour «tenter de grossir le cortège», qui rassemble plusieurs milliers de manifestants ce midi.

 


12h00: Lycéens et étudiants sont majoritaires à Nantes. Selon notre rédaction locale, plusieurs centaines de manifestants se sont élancés à 11h de la place du Commerce dans la capitale des Pays-de-la-Loire. Notre journaliste sur place a décrit une ambiance plutôt festive, où l'on entend notamment des «A bas, à bas, le parti socialo»...

 


11h45: A Angers, plusieurs centaines de manifestants. La capitale de la douceur de vivre est elle aussi le théâtre d'un cortège d'opposants. Environ 450 manifestants seraient mobilisés, selon un décompte du Courrier de l'Ouest.

 


11h30: A Toulouse, Manif à 12h30. Les opposants à la loi EL Khomri ont prévu de lancer leur manfiestation à 12 h 30 place Arnaud-Bernard.
11h15: A Marseille, un n° d'assistance pour les manifestants arrêtés. Les opposants au projet de réforme ont tout prévu. A Marseille, une «Legal team» a mis en place un numéro d'appel en cas d'interpellation par les forces de l'ordre. Des tracts sont distribués, qui promettent notamment aux «personnes arrêté-e-s» de les mettre en contact avec un «avocat du mouvement». Le document fait aussi mention d'une «caisse de solidarité» pour couvrir les frais de dépense... Par ailleurs, des dockers sont mobilisés par la CGT pour encadrer le cortège, qui regroupe plus de 2.000 manifestants.
Tract d'aide aux opposants à la loi El Khomri
Tract d'aide aux opposants à la loi El Khomri - M. Penverne / 20 Minutes

 


11h00: A Rennes, un dispositif policier conséquent est prévu. Le rassemblement des opposants est annoncé à midi place du Parlement. Des renforts policiers sont annoncés dans la capitale bretonne, où des heurts ont éclaté lors des précédentes manifestations des 17 et 22 mars. La gare est d'ailleurs déjà sous haute surveillance pour éviter l'envahissement des voies, comme le constate notre jnourbnaliste sur place

 


10h35: Sept syndicats de travailleurs, étudiants et lycéens ont appelé ce jeudi 24 mars à une nouvelle journée de mobilisation contre le projet de loi El-Khomri. Réunis en intersyndicale, la CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, l'Unef, l'UNL et la FIDL rejettent la version remaniée de la réforme du code du travail, qui doit être présentée ce jeudi en conseil des Ministres.
10h30: Mobilisation des lycéens à Marseille. Selon notre rédaction marseillaise, plusieurs centaines de lycéens bloquent ce jeudi matin l'entrée du lycée Montgrand, sur la place Félix-Baret, non loin de la Préfecture.
10H00: Les premières actions sont déjà lancées en Province. A Nantes, notamment, le campus universitaire du Tertre est bloqué depuis 7h ce matin, rapportent nos journalistes sur place. A Toulouse, la rocade a été complètement paralysée par des opposants au projet de réforme.

 


Mots-clés :