Molenbeek (Belgique), le 18 mars 2016. Des policiers extraient un suspect qui pourrait être Salah Abdeslam.
Molenbeek (Belgique), le 18 mars 2016. Des policiers extraient un suspect qui pourrait être Salah Abdeslam. - AP/SIPA

Au terme d’une traque de 126 jours, la police belge a arrêté ce vendredi à Molenbeek Salah Abdeslam, suspect clé des attentats de Paris. Quatre autres personnes, ses complices présumés, ont également été interpellées. Voici ce que l’on sait de ces individus qui auraient apporté leur aide à l’homme le plus recherché d’Europe.

>> Suivez par ici en direct le déroulé des événements de ce samedi

Alaaj : le complice présumé aux identités multiples

Lorsque Salah Abdeslam a été arrêté, « le soi-disant Mounir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri, a été appréhendé », a indiqué vendredi soir Thierry Werts, porte-parole du parquet fédéral belge. S’il a probablement aidé ou accompagné Salah Abdeslam dans sa traque, Mounir Ahmed Alaaj a sans doute été son complice dans la préparation des attentats de Paris.

Avant cela, l’homme serait entré en Europe en empruntant la route des migrants. Selon L’Express, il serait passé par l’île grecque de Leros le 20 septembre dernier, avant de rejoindre l’Allemagne, où Salah Abdeslam est probablement allé le chercher. Amine Chokri « avait été contrôlé en compagnie de Salah Abdelsam à Ulm en Allemagne le 3 octobre 2015 », un peu plus d’un moins avant les attaques de Paris, a précisé Thierry Werts. Ses empreintes, relevées lors de ce contrôle, ont ensuite été retrouvées dans une maison utilisée par le groupe terroriste à Auvelais, dans la région de Namur, qui a servi pour préparer les attentats de Paris.

Mardi après-midi, une perquisition de routine dans un appartement situé rue du Dries à Forest, en région bruxelloise, tourne à la fusillade. L’un des trois hommes à l’intérieur de l’appartement, Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans, est tué par un tireur d’élite de la police et deux hommes réussissent à prendre la fuite : a priori Salah Abdeslam et Mounir Ahmed Allaj.

Lors de cette opération de police, les enquêteurs retrouvent « un faux passeport syrien, au nom de Mounir Ahmed Alaaj, ainsi qu’une fausse carte d’identité belge au nom d’Amine Choukri », détaille la justice belge. Vendredi, les médias révèlent que des empreintes de Salah Abdeslam ont également été retrouvées dans l’appartement de Forest. Des révélations qui ont précipité l’intervention policière à Molenbeek, selon le parquet.

Abdeslam hébergé par une même famille

Selon la RTBF, le bâtiment dans lequel se cachait Salah Abdeslam, situé au 79 de la rue des Quatre-Vents, appartiendrait à la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean. L’appartement sans eau ni électricité dans lequel il avait trouvé refuge aurait été loué par « un locataire isolé depuis 2009 », qui serait la mère d’un « ami » de Salah Abdeslam. Vendredi soir, lors de l’opération de police qui a permis de mettre la main sur Salah Abdeslam et Amine Chokri, le locataire et deux membres de sa famille, ont également été interpellées.

Abid A., Sihane A. et Djemila M., tous membres de la même « famille qui hébergeait Salah », a ajouté le substitut du parquet fédéral belge, « seront aussi entendus par les enquêteurs et le juge décidera de leur maintien éventuel en détention ». Jeudi, Abid A. avait assisté aux funérailles de Brahim Abdeslam à Bruxelles.

Mots-clés :