Salon du livre: Transmettre le plaisir de lire aux enfants en sept conseils

EDUCATION Alors que le Salon du livre ouvre ses portes ce jeudi, «20 Minutes» vous délivre quelques conseils pour donner à vos enfants le goût de bouquiner…

Delphine Bancaud

— 

Une petite fille lit un livre a son petit frère, France, mai 2013

Une petite fille lit un livre a son petit frère, France, mai 2013 — Catherine Delahaye/SIPA

Que diriez-vous d’amener vos enfants au Salon du livre qui ouvre ses portes ce jeudi à Paris? Mais pour que la visite ne vire pas au cauchemar, encore faudrait-il qu’ils y trouvent un intérêt. L’occasion pour 20 Minutes de recueillir des conseils pour donner le goût des livres aux plus petits comme aux ados.

1) Leur montrer l’exemple

« Quand le livre est ancré dans les habitudes des parents, les enfants finissent par les imiter », constate Mina Bouland, responsable de la commission jeunesse à’l’Association des bibliothécaires de France. Un avis partagé par Patricia Delahaie auteur de J’aime les livres avant 6 ans* : « Voir le visage d’un de ses parents s’illuminer lorsqu’il tourne une page est la meilleure façon pour lui de découvrir le plaisir de la lecture », estime-t-elle.

2) Les initier le plus tôt possible

Dès la première année de sa vie, l’enfant peut se familiariser avec les livres, tout d’abord en les manipulant, puis en regardant les images et en tentant de répéter des mots. « Les parents peuvent commencer très tôt à être des passeurs d’histoires. Vers 8 mois, lorsque le bébé apprécie le rituel avant le coucher, les parents peuvent déjà lui raconter une histoire ou égrener avec lui les pages d’un imagier », conseille Mina Bouland. Une bonne habitude qu’il aura envie de conserver les années suivantes.

3) Faire de la lecture un moment de partage familial

« Avant que l'enfant sache lire, un adulte peut lui lire régulièrement une histoire ou demander à un frère ou une sœur de le faire. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille arrêter de leur raconter des histoires une fois qu’ils savent lire. Car le plaisir d’écouter une histoire n’est pas le même que celui de lire soi-même », explique Mina Bouland. On peut aussi en faire un moment ludique, en demandant par exemple à l’enfant de lire tous les dialogues tenus par des personnages masculins, alors que le parent lit ceux des personnages féminins ou l’inverse. Autre variante : lire une page sur deux. « Ils ne doivent pas avoir l’impression qu’il s’agit d’un devoir scolaire, mais une occasion commune de s’émerveiller, de commenter l’histoire… Il ne faut pas mettre la pression sur le sujet et faire uniquement des propositions de lecture », précise Patricia Delahaie

4) Ne pas se montrer trop exigeants vis-à-vis de leurs lectures

« Aucun enfant n’est réfractaire aux livres, le tout est de trouver ceux qui l’intéressent », estime Patricia Delahaie. Pour ce faire, rien de tel que de fureter dans une librairie pour le laisser feuilleter des ouvrages. Votre enfant ne veut lire que des BD alors que vous voudriez qu’il dévore des romans adaptés à son âge ? Pas de panique. « Le plus important c’est qu’il apprécie cette activité, peu importe qu’il plébiscite les BD ou les revues, plutôt que les ouvrages plus ambitieux. Il faut respecter sa personnalité et le laisser choisir les titres qu’il préfère », rassure Mina Bouland. Inutile aussi de vous offusquer si votre enfant relit le même livre plusieurs fois. « Les enfants ont parfois besoin de revenir sur une histoire qui les a intrigués, qui les a émus ou fait rire. C’est un plaisir en soi », constate Patricia Delahaie.

5) Les emmener régulièrement à la bibliothèque

Dans toutes les villes de France, les bibliothèques municipales ont une offre jeunesse abondante. Et c’est gratuit. De plus, certaines bibliothèques sont uniquement dédiées aux enfants et proposent des lectures de contes. L’occasion pour les petits de découvrir la littérature enfantine de manière vivante. Et d’échanger avec les autres leurs impressions. Quant au catalogue des rayons jeunesse, il est généralement vaste et permet à chacun de trouver de quoi bouquiner. « Si l’enfant ne sait pas quoi choisir, il ne faut pas hésiter à demander conseil aux bibliothécaires dont l’avis est plus souvent écouté que celui des parents », constate Mima Bouland.

6) Les abonner à des magazines

Chaque enfant a ses propres pôles d’intérêts. Et les éditeurs de presse en ont bien conscience, puisqu’ils ont développé une offre de magazines spécialisés pléthorique. Alors au lieu de leur offrir un énième jeu à Noël pourquoi ne pas proposer par exemple, à un enfant passionné par les animaux, un abonnement à Wapiti, à un féru de science un abonnement à Sciences et vie junior, à une autre très ouverte sur le monde un abonnement à Géo Ado.

7) Les aider à ne pas rompre avec lecture pendant l’adolescence

« Il faut accepter que l’enfant décroche pendant un temps de la lecture, comme nous le faisons nous-même. Si l’habitude de lire a été prise lors de sa petite enfance, il y reviendra de lui-même » estime Patricia Delahaie. Sans forcer votre adolescent à bouquiner, ce qui semble peine perdue, vous pouvez néanmoins l’inciter en douceur. « Certaines bibliothèques organisent des groupes de lecture lors desquels les adolescents font des retours sur les livres qu’ils ont lus et écoutent leurs camarades. Un bon moyen d’entretenir la flamme », observe Mina Bouland. Autres moyens d’entretenir leur intérêt pour la lecture : leur proposer des ilivres numériques en réalité augmentée ou leur montrer des vidéos de  booktubers de leur âge. Car rien ne vaut l’avis d’un pair !

*Patricia Delahaie, J’aime les livres avant 6 ans, Marabout.