La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, à Paris le 19 février 2016
La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, à Paris le 19 février 2016 - FRANCOIS GUILLOT AFP

La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé ce mercredi au micro de RTL qu’il y a eu 27 radiations dans des affaires de pédophilie en 2015 au sein de l’Education nationale.

« J’estime qu’un professeur ou un agent de l’administration au contact d’enfants, dès lors qu’il a été condamné pour des faits aussi graves que la pédophilie ou la pédopornographie, ne peut plus exercer au contact des enfants. Il faut que nous résolvions tous les dysfonctionnements qui ont eu lieu (lors de l’affaire de Villefontaine) », a déclaré Najat Vallaud-Belkacem.

Un an après l’affaire de Villefontaine

L’annonce de la ministre intervient près d’un an après l’affaire de Villefontaine. Le directeur d’une école primaire de cette commune d l’Isère avait commis des viols sur plusieurs de ses élèves.

Depuis cette affaire, aucune loi qui obligerait la justice à informer le ministère de l’Éducation nationale n’a pourtant été adoptée.

>> A lire aussi : Affaires de pédophilie à l'école, Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira annoncent un projet de loi

«Elle est très importante cette loi, nous ne l’avons pas attendue avec la garde des Sceaux de l’époque Christiane Taubira pour changer nos procédures en interne. Nous avons fait en sorte que dès cette rentrée scolaire 2015 nous ayons des référents éducation au sein des tribunaux et des référents justice au sein de nos académies, pour que la communication passe mieux », a déclaré la ministre au micro de RTL.

>> A lire aussi : Le cardinal Barbarin répète n'avoir jamais couvert d'actes de pédophilie

Najat Vallaud-Belkacem a également ajouté que l’Éducation nationale allait « passer au peigne fin » les casiers judiciaires des professeurs.

Ces derniers mois, plusieurs professeurs de l’Education nationale ont été mis en cause dans des affaires de pédophilie.

Début mars, le parquet de Chambéry en Savoie a notamment requis le renvoi devant la cour d’assises d’un instituteur de 50 ans soupçonné d’avoir violé ou agressé sexuellement une trentaine d’enfants entre 2011 et 2013.

Mots-clés :