Scandale de pédophilie: «J’ai été ordonné prêtre en 1981 alors que mes problèmes étaient connus»

ENTRETIEN Philippe, 62 ans, raconte comment il a été exclu de l’Eglise en 2010 après avoir été condamné pour des faits de pédophilie en 2007…

Propos recueillis par Vincent Vantighem

— 

Philippe, 62 ans, ancien prêtre pédophile raconte à 20 Minutes son éviction de l'Eglise.

Philippe, 62 ans, ancien prêtre pédophile raconte à 20 Minutes son éviction de l'Eglise. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

« Désormais je célèbre la messe dans mon cœur… » Philippe n’a plus le droit de le faire en public. Ordonné prêtre en 1981, il a été rendu à la vie laïque en 2010 après avoir été condamné pour des faits d’attouchements sexuels sur mineures.

>> Affaire Barbarin : L'Eglise se défend de couvrir des prêtres pédophiles

Alors que l’archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, est mis en cause pour avoir couvert plusieurs prêtres pédophiles – ce qu’il dément – Philippe a accepté de raconter son histoire à 20 Minutes

Quand vos problèmes de pédophilie ont-ils débuté ?

Avant même mon ordination. A l’époque, en 1981, un de mes supérieurs avait parlé de mes problèmes à l’évêque. Mais j’ai été ordonné prêtre alors que ces problèmes étaient connus. A l’époque, j’avais 27 ans. Je n’étais qu’un ado attardé. Les faits concernaient des attouchements sur mineurs. Des agressions sexuelles. Pas des viols.

Que s’est-il passé ensuite ?

Une fois ordonné, je suis parti à Rome pour une durée de deux ans. A mon retour, j’ai été nommé à l’aumônerie d’un collège-lycée. Comme c’était prévisible, je me suis cassé la gueule. C’était une bêtise totale de me nommer là. J’ai commis d’autres agressions. J’ai dû quitter mon ministère.

>> Retour sur les affaires qui secouent le diocèse de Lyon

Ce sont vos supérieurs qui vous ont demandé de le faire ?

Oui. L’évêque m’a demandé de faire une thérapie et m’a « déplacé » dans une autre paroisse. Mais les choses se savent dans notre milieu. Au début des années 2000, les vieux faits ont ressurgi. L’Eglise a été plus sévère avec moi et m’a demandé de reprendre la thérapie.

>> Portrait : Barbarin, un homme «fraternel» derrière le catholique «intransigeant»

Comment les vieux faits ont-ils ressurgi ?

C’est une ancienne victime qui s’est plainte. A l’époque des faits, il n’y avait pas eu de scandale.

L’Eglise ne vous a pas suspendu à ce moment-là ?

Non. Il a fallu que des faits nouveaux se présentent. Cette fois-là, la justice a été saisie. Et j’ai été condamné en 2007 à 15 mois de prison. Ce n’est qu’ensuite, en 2010, que j’ai été mis dehors de l’Eglise.

En voulez-vous à vos supérieurs ?

L’Eglise fait tout ce qu’elle peut pour lutter contre ça. Mais je lui en veux car elle n’a pas pris en compte mon problème et n’a fait que me « déplacer ». L’Eglise est hypocrite. Aujourd’hui j’espère que je ne serais plus ordonné prêtre avec mon profil.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Rien. J’ai eu la bonne idée d’acheter une maison quand j’étais plus jeune. J’y vis en attendant de pouvoir toucher ma pension de retraite. Je continue à célébrer la messe dans mon cœur. Je suis un prêtre maudit par les hommes. Je vais encore à la messe n’importe où mais je n’ai plus qu’un ami prêtre. Ah non… Deux en fait. L’Eglise ne veut plus entendre parler de moi et je le comprends. Mais c’est l’année de la miséricorde. Je compte me rendre à Rome à la rentrée de septembre, octobre afin de demander cette miséricorde. On verra bien.