Le président du CRIF Roger Cukierman
Le président du CRIF Roger Cukierman - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Roger Cukierman, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a dénoncé ce lundi l’antisémitisme dont sont de plus en plus souvent victimes les enfants juifs. Dans de « très nombreuses écoles », les enfants juifs sont « battus, insultés parce que juifs et ça c’est un phénomène nouveau », a-t-il déclaré.

Interrogé sur Europe 1 à quelques heures du 31e dîner du Crif, Roger Cukierman a dit observer « un repli sur soi » de la communauté juive dont il constate « les dégâts particulièrement au niveau de l’école de la République ».

Seulement « un tiers des enfants juifs vont à l’école laïque »

« De mon temps, nous allions tous à l’école laïque. Aujourd’hui il n’y a plus qu’un tiers des enfants juifs qui vont à l’école laïque, les deux autres tiers vont dans des écoles privées, payantes, juives ou chrétiennes », a-t-il dit.

>> A lire aussi : Agression antisémite à Marseille, le suspect aux mains de l'anti-terrorisme

Ces chiffres sont plausibles mais difficilement vérifiables en l’absence de statistiques ethniques ou religieuses sur les élèves à l’Education nationale. Le seul chiffre connu est celui des établissements scolaires confessionnels gérés par la première minorité juive d’Europe (évaluée à un demi-million de membres), qui scolarisent environ 30.000 élèves.

« Malheureusement l’école de la République a changé, c’était une école fantastique », a encore dit Roger Cukierman, espérant qu'« on obtiendra un retour de l’école de la République vers plus d’ouverture ».

Aucun membre du Front national au dîner du Crif

Le traditionnelle du dîner du Crif aura lieu ce lundi soir. Ce sera le dernier pour Roger Cukierman, qui sera probablement remplacé par Francis Kalifat, seul candidat à sa succession.

>> A lire aussi : Débat sur la kippa, les juifs de France seront-ils tentés de cacher leur identité dans l'espace public?

Le président sortant a confirmé qu’aucun membre du Front national, un parti qu’il a qualifié de « xénophobe, populiste, démagogue », n’avait été invité au dîner. « Je n’ai pas envie d’inviter les héritières de Jean-Marie le Pen », a affirmé Roger Cukierman, un an après avoir été vivement critiqué pour avoir jugé Marine Le Pen « irréprochable personnellement », avant de nuancer ses propos.

Mots-clés :