Les Français s'opposent à l'accueil des migrants qui fuient le Moyen-Orient, comme ici en Grèce.
Les Français s'opposent à l'accueil des migrants qui fuient le Moyen-Orient, comme ici en Grèce. - Vadim Ghirda/AP/SIPA

La France n’est pas particulièrement hospitalière. En effet, la majorité des Français (59 %) reste opposée à la répartition dans les différents pays d’Europe des « migrants qui arrivent par dizaines de milliers sur les côtes grecques et italiennes » et « à ce que la France en accueille une partie », selon un sondage Ifop à paraître dans Dimanche Ouest-France. Ces chiffres marquent une stabilisation par rapport à la dernière étude sur le même thème, en janvier, qui donnait 60/40, relève l’Ifop.

Cependant, 53 % des sondés « pensent que c’est le devoir de la France d’accueillir des migrants qui fuient la guerre » quand 61 % jugent néanmoins que « notre pays compte déjà beaucoup d’étrangers ou de personnes d’origine étrangère et accueillir des immigrés supplémentaires n’est pas possible ». Parmi les motivations de cette opposition à l’accueil figurent notamment la crainte de la venue de « terroristes potentiels » (77 %) ainsi que celle de « créer un appel d’air » (73 %).

Près de 3 Français sur 4 favorables à la fin de Schengen

Et seulement 29 % estiment que la France « a les moyens économiques et financiers d’accueillir les migrants » et 27 % que « l’accueil de migrants est une opportunité à saisir pour notre pays car cela permettra de stimuler notre économie ».

>> A lire aussi: «En Grèce, les réfugiés sont dans une prison à ciel ouvert»

Enfin, selon ce sondage 71 % des personnes interrogées se disent favorables à « la suppression des accords de Schengen » et « au rétablissement, au moins provisoire, des contrôles fixes aux frontières entre la France et les autres pays de l’Union européenne », un chiffre en évolution de quatre points par rapport à juin 2015 (67 %).

Enquête réalisée en ligne par questionnaire auto-administré du 1er au 3 mars auprès d’un échantillon représentatif de 1.502 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Mots-clés :