Un éleveur avec deux porcelets lors d'une opération coup-de-poing au supermarché Cora à Pacé, près de Rennes.
Un éleveur avec deux porcelets lors d'une opération coup-de-poing au supermarché Cora à Pacé, près de Rennes. - DAMIEN MEYER / AFP
Lancer le diaporama

Action coup de poing des éleveurs de porcs en banlieue de Rennes. Plusieurs dizaines de membres du collectif indépendant « Sauvons l’élevage français » (SEF) ont manifesté samedi après-midi dans une grande surface de Pacé pour réclamer l’étiquetage de l’origine des viandes sur les produits transformés. Les éleveurs, coiffés de « Bonnets roses », signe de ralliement de leur collectif, ont lâché six porcelets, dont certains peints en bleu/blanc/rouge, dans le centre commercial Cora.

« On a vidé 70 % des rayons de produits transformés », a expliqué Olivier Étienne, l’un des initiateurs du collectif. Les manifestants, qui étaient 90 selon le leader, ont vidé les rayons des produits charcutiers dont l’origine leur paraissait douteuse et les ont transférés dans des chariots. Ils ont installé une affiche montrant une tête de mort en blanc sur fond orange où il était écrit « VIANDE ÉTRANGÈRE, Transformés élaborés en France, n’est pas produits français », au-dessus de « Facteurs de croissance, antibiotiques, farines animales, élevages intégrés » et « TOXIQUE » écrit en bas de l’affiche.

Le décret de Stéphane Le Foll attendu

« On demande à Stéphane Le Foll de nous signer ce fameux décret qu’il nous a promis », a réclamé Olivier Étienne. Le décret du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a été notifié à la Commission européenne le 15 février. Il demande l’autorisation de conduire une expérimentation dans l’Hexagone pour étendre aux produits transformés le décret sur l’étiquetage obligatoire de l’origine des viandes.

>> A lire aussi: Le Foll et Le Drian à rennes pour sauver la filière porcine

« On demande qu’on sépare la viande étrangère de la viande française », a ajouté l’agriculteur, rappelant que les éleveurs de porcs français perdent actuellement en moyenne 30 euros par cochon vendu, en raison notamment de la concurrence des autres éleveurs européens qui font chuter les cours.

Mots-clés :