Le pape François, le 25 décembre 2015, au Vatican.
Le pape François, le 25 décembre 2015, au Vatican. - Gregorio Borgia/AP/SIPA

Le pape François n’a pas sa langue dans sa poche. Lors d’une rencontre privée avec des catholiques français de gauche, le souverain pontife n’a pas hésité à parler « d’invasion arabe » pour qualifier la vague d'immigration massive en Europe.

Mais attention, pas question pour le pape de défendre des thèses racistes ou xénophobes : « Combien d’invasions l’Europe a connu ! Et elle a toujours su se dépasser elle-même, aller de l’avant pour se trouver ensuite comme agrandie par l’échange entre les cultures », a déclaré le pape devant  une trentaine de membres ou sympathisants des Poisson roses, un courant de pensée catholique de gauche.

Mauvaise « interprétation » de ses propos

Pourtant, cette petite phrase prononcée au milieu de nombreuses autres déclarations sur des sujets d’actualités, a été reprise en boucle sur les réseaux sociaux.

Dans un article publié par Le Monde, Jean-Pierre Denis, directeur de la publication de La Vie, qui était présent lors de cette rencontre, dénonce l’interprétation qui a été faite de cette citation. « Je suis scandalisé qu’on puisse faire semblant de faire croire que le pape appelle au choc des civilisations », s’indigne Jean-Pierre Denis.

>> A lire aussi : Migrants, le pape ne veut plus que les immigrés soient traités comme des «marchandises»

« Tout l’entretien dit le contraire. Pour lui, avec l’islam, il n’y a qu’une solution, c’est le dialogue. Aucun de ses discours ne prête à la moindre confusion », ajoute-t-il.

La France, « pas assez laïque »

« La France doit devenir un Etat plus laïc », a également estimé de façon surprenante le pape François. «Votre laïcité est incomplète. La France doit devenir un pays plus laïc », car sa laïcité « résulte parfois trop de la philosophie des Lumières, pour laquelle les religions étaient une sous-culture. Et la France n’a pas encore réussi à dépasser cet héritage », a jugé Jorge Bergoglio.

Le concept de laïcité introduit dans la démocratie française est «sain», a insisté le pape, car, « de nos jours, un Etat se doit d’être laïc ». Mais « une laïcité saine comprend une ouverture à toutes les formes de transcendance, selon les différentes traditions religieuses et philosophiques. La recherche de la transcendance n’est pas seulement un fait, mais un droit ».

Mots-clés :