Jacques Chirac au Salon de l'agriculture en 2006.
Jacques Chirac au Salon de l'agriculture en 2006. - OLIVIER LABAN-MATTEI/AP/SIPA

9h, le Salon de l’agriculture ouvre ses portes. Des foules affamées sont lâchées dans les allées. Parmi les Parisiens ébahis devant les vaches et les provinciaux montés à la capitale pour respirer l’odeur du foin concentrée dans les pavillons de la Porte de Versailles, des centaines d’affamés vont passer la journée à tourner autour des saucissons et des fromages. Mais pour vraiment se remplir l’estomac sans débourser un euro, il faut un peu de stratégie.

Où aller ?

Oubliez veaux, vaches, cochons, pour manger il faut aller dans les pavillons des régions (hall 7 et hall 3 cette année) ou des « délices du monde » (hall 5).

Plan (annoté) du Salon de l'agriculture 2016.
Plan (annoté) du Salon de l'agriculture 2016. - 20minutes

 

A vous de vous laisser divaguer entre la charcuterie corse, le chabichou du Poitou, le far breton, le camembert normand, le foie gras du Sud-Ouest, les bretzels alsaciens, les bananes martiniquaises… Ca y est, vous avez faim ?

A quelle heure y aller ?

Pas question de faire la chochotte : pour profiter au maximum des stands, il faut y aller de bonne heure. Alors, 9h pétantes, on file vers le pâté et les rillons. A partir de midi, tout le monde vient envahir les restaurants et les allées sont beaucoup trop bondées pour pouvoir accéder aux dégustations.

>> A lire aussi : Le Salon de l’agriculture reste privé de sa «nocturne» par peur de la «viande saoule»

Comment faire pour manger gratos ?

Plusieurs stratégies s’offrent à vous.

1/ La tactique du flâneur

C’est la plus simple : aller de stand en stand pour goûter les produits. Deux tactiques d’approche sont possibles si l’exposant ne vous tend pas spontanément son petit bout de saucisse :

  • faire le curieux : oh, tiens, du fromage breton, incroyable, mais qu’est-ce que c’est ?
  • faire l’expert : ah, l’andouille de Guéméné, je connais bien, je suis né dedans ; ah du Puligny-Montrachet, j’adoooooore [avec modération]. Attention, cette tactique vous expose à des questions qui peuvent vous plonger dans l’embarras si vous n’êtes pas un pro du baratin.

2/ La tactique de l’incruste

Le principe : squatter les inaugurations de stand ou autre petite sauterie. Miss France passe sur le stand de la région Nord-Pas-de-Calais ? Sûrement un petit morceau de Maroilles à attraper. La Normandie fait la fête ? Foncez, ils ont ramené douze tonnes de camembert. La Martinique a mis la musique ? Sûrement le moment d’aller goûter de la banane flambée. Ne ratez pas une occasion et incrustez-vous sans scrupules.

3/ La tactique politico-diplomatique

Etre maire, représentant de région, de département, de communauté de communes, bref avoir un mandat quelconque justifie que vous fassiez une visite officielle sur votre stand local. Là, c’est le gavage assuré : vous êtes obligé de tout goûter. La situation idéale mais qui demande quand même beaucoup d’investissement personnel en amont.

>> A lire aussi : Salon de l’agriculture: Le bingo des phrases des politiques

4/ La tactique dite « de la carte de presse »

La plus payante pour avoir une coupe de champagne, mais aussi la plus difficile techniquement. A partir de 18h, vous verrez de nombreux stands tendre des cordons pour ne laisser entrer que les « happy few » qui auront droit au cocktail du soir. Pour entrer, il faut être invité. Pour être invité, il faut avoir une bonne raison de l’être. Sinon, vous resterez devant le stand à observer ceux qui se gavent de petits-fours. Ne terminez pas votre journée aussi tristement, tentez le tout pour le tout et dites que vous connaissez bien Cerise, ça peut passer.

Mots-clés :