Extrait du dessin animé Pokémon
Extrait du dessin animé Pokémon - LILO/SIPA

Carapuce, c’est lui. Bulbizarre, Rondoudou, Salamèche, Psykokwak et Racaillou, c’est lui aussi. Avec son équipe, Julien Bardakoff a inventé les noms des 251 premiers Pokémon quelques mois avant le lancement des mythiques jeux vidéo Bleu et Rouge en France. A l’occasion des 20 ans de la franchise, 20 Minutes l’a interrogé.

Comment vous êtes vous retrouvés dans cette aventure ?

Vers 1995, j’étais hotlineur chez Nintendo en parallèle de mes études de langue. Un poste de traducteur s’est libéré. J’ai commencé à faire mes premières traductions sur des jeux de Super nes et 64 au Japon. Quand la franchise Pokémon est arrivée. J’ai dû travailler sur un argumentaire pour persuader l’équipe de Nintendo qu’il fallait traduire le nom des personnages. Ils voulaient au départ les garder tous en Japonais ! Ils ont changé d’avis quand je leur ai dit que Hitokage [le Salamèche japonais] voulait dire chier [caguer] en français. Après quelques pleurs, ils ont décidé d’adapter les 151 premiers Pokémon (puis 251), sans compter leurs attaques, les villes, les arènes les dresseurs, etc. Seul Pikachu est resté le même dans tous les pays.

>> A lire aussi : «On se moquait de moi parce que je ne disais que "Pika"», raconte la «voix» de Pikachu

Comment trouviez-vous les noms ?

L’équipe américaine était déjà en train de valider les derniers mots. Donc la traduction se faisait à partir des noms japonais et anglais, mais aussi en fonction des dessins. Il fallait faire un jeu de mots en gardant le brin de poésie ou le sens de la traduction japonaise. Un exemple avec Zenigame, game c’est une tortue, et zéni c’est une pièce de monnaie. La traduction Carapuce rend bien compte de ça, une tortue de la taille d’une puce.

Pour d’autres, c’était plus difficile car il fallait aussi garder le sens des évolutions du Pokémon. Salamèche, c’est une salamandre qui a une mèche enflammée au bout de la queue. Son évolution est un personnage plus grand, donc Reptincel, un reptile et une étincelle. L’étincelle plus la mèche enflammée fait du feu. Dracaufeu, qui est un dragon : il y a un lien entre les trois personnages.

>> A lire aussi : Ils ont grandi avec Pokémon et continuent d'y jouer 20 ans après

 

Quel était le plus difficile ?

A chaque fois il fallait convaincre les gars de Nintendo que le nom marchait bien, beaucoup n’étaient pas accepté. Je leur parlais de mythologie bretonne qu’ils aimaient bien, en dessinant sur un tableau pour montrer que les enfants aimaient tel ou tel animal. Visuellement ça devait refléter quelque chose. Le nom devait pouvoir être dit à voix haute aussi. Il devait être assez compliqué pour que les gosses ne les comprennent pas et aillent demander à leur grand-père pourquoi. Une fois que le nom était validé, il fallait encore passer le légal. Un des noms m’a été refusé car il s’agissait d’une marque de chips mexicaine.

>> A lire aussi : Pokémon, revivez 20 ans de jeux et d'évolution graphique sur console

Pour trouver Canarticho ou Tadmorv, vous étiez sous acide ?

(Rires) Ok, Canarticho ça veut rien dire. Mais en japonais, Kamonegi vient de kamo (canard) et negi (une sorte d’oignon). C’est un Pokémon faible car c’est aussi une expression qui évoque une personne qui se jette dans la gueule du loup… Allez traduire tout ça… Donc je me suis dit Canard, artichaut, Canarticho. Comme c’est très con, ça va marcher. Pareil pour Tadmorv et Grotadmorv. En japonais, ça vient de deux onomatopées qui évoquent le bruit que fait un doigt qui essaye de toucher un truc qui colle, comme un chewing gum. J’ai vu le visuel, ça ressemblait à un tas de morve. Y’a pas de grande recherche j’avoue, mais j’ai reçu une lettre de plainte de Famille de France pour celui-là.

Ceux dont vous êtes le plus fier ?

J’aime bien le trio des oiseaux légendaires, avec la petite référence aux dieux à chaque fois : Sulfura, Artikodin, et Electhor. Je tiens d’ailleurs à rétablir une vérité, le s à la fin de Roucoups ne se prononce pas ! C’est l’évolution de Roucool, un pigeon faible, qui devient fort et donne des coups, donc Roucoups ! Mais je sais que c’est trop tard, il est passé entre les mailles du filet. Autre anecdote avec le héros Sacha et son rival Régis. En Japonais, c’était un clin d’œil à Satoshi Tajiri (créateur des Pokémon) et Shigeru Miyamoto (le père de Mario notamment). Il fallait garder cet hommage en reprenant les lettres, donc Sacha et Régis pour le méchant, car c’était l’époque de Régis est un con.

Et les droits d’auteur ?

Je suis devenu millionnaire (rires). Non, les noms appartiennent à Nintendo. D’ailleurs la question ne s’est même pas posée. Je serai toujours reconnaissant, j’étais jeune à l’époque, c’était un super pari de me faire confiance. J’en suis super fier, pour moi, c’est un peu l’œuvre d’une vie.

Mots-clés :