Les internautes se mobilisent contre la réforme portée par la ministre du Travail Myriam El Khomri
Les internautes se mobilisent contre la réforme portée par la ministre du Travail Myriam El Khomri - change.org

Des syndicalistes ont lancé une pétition en ligne pour dénoncer la réforme portée par la ministre du Travail Myriam El Khomri. Ce lundi en début d'après-midi, ils étaient plus de 215.000 à avoir voté sur le portail.

Le projet de loi, qui sème la discorde au sein de la majorité, s’est également attiré les foudres des internautes.

Les internautes mobilisés

Via change.org, la militante féministe Caroline De Haas a dénoncé plusieurs éléments du projet de loi. Grâce à cette pétition mise en ligne jeudi, les internautes espèrent faire plier la ministre du Travail. 

>> A lire aussi : Comment la réforme risque de bouleverser votre vie

Une page Facebook «loi travail non merci» et un site, loitravail.lol ont également vu le jour, toujours à l’initiative de la militante féministe. Sur Twitter le mot-clé #loitravailnonmerci a fait des émules.

La majorité divisée

Au sein du Parti socialiste aussi, le projet divise. Le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a déclaré jeudi qu’il aurait « du mal à voter » la réforme du travail « dans l’état » et a appelé à discuter le texte qui « ne montre pas » d'« équilibre » entre « flexibilité » et « sécurité » notamment sur la question du « licenciement économique ».

Même son de cloche du côté des frondeurs. Le député PS des Yvelines Benoît Hamon estime que le futur projet de loi « ne passe pas » et heurte « un peu plus que les frondeurs » du PS.

 

La section mulhousienne du parti est allée encore plus loin, en conseillant à Myriam El Khomri de prendre une carte d’adhésion aux Républicains.

Le gouvernement se défend

L’exécutif a tenté d’éteindre l’incendie en lançant samedi un site permettant de démêler le vrai du faux sur le projet de loi, notamment sur les 60 heures de travail hebdomadaires.

Une initiative qui peine à convaincre les internautes, comme certains l’expriment sur Twitter.

Mots-clés :