Attentats de Paris: « Nous savions que les voyants étaient au rouge », affirme le directeur de la CIA

TERRORISME John Brennan s'est longuement confié sur la lutte de ses services contre Daesh sur une chaîne américaine...

C. A.

— 

Le directeur de la CIA John Brennan le 4 février 2014 à Washington

Le directeur de la CIA John Brennan le 4 février 2014 à Washington — Mandel Ngan AFP

« Nous savions que les voyants étaient au rouge. Nous étions au courant, quelques jours auparavant, que Daesh préparait quelque chose », a confié John Brennan, le directeur de la CIA, à propos des attentats du 13 novembre. Par ailleurs, le patron de la CIA pense que les tentatives d’attaques de Daesh sur le sol américain sont « inévitables ». « Je m’attends à ce qu’ils envoient des combattants, du matériel ou toute autre chose dont ils auraient besoin pour perpétrer des attaques ou pour permettre à d’autres de les commettre », a-t-il souligné, estimant toutefois que la réussite de ces tentatives étaient, elles, « évitables ».

Plusieurs attentats déjoués

En tout cas, les attentats du 13 novembre ont appris à Brennan qu’il fallait que ses services « travaillent plus fort ». « Nous devons travailler plus fort, répète-t-il. Nous devons avoir les ressources, les ressources techniques, les ressources humaines. Croyez-moi, les services de renseignement ont déjoué de nombreuses attaques. »

>> A lire aussi : Utilisation « systématique » des armes chimiques en Syrie

Toujours selon lui, l’objectif de Daesh est de créer un conflit entre l’Occident et le monde musulman et de recruter de nouveaux combattants. « Ils prétendent que les Etats-Unis veulent mettre la main sur leurs pays, ce qui est complètement faux ».

Daesh en possession d’armes chimiques ?

Toujours selon John Brennan, Daesh a déjà utilisé à plusieurs reprises des armes chimiques sur le champ de bataille et peut fabriquer des petites quantités de chlorine et de gaz moutarde. « C’est pour cela qu’il est si important de couper les diverses routes de transport et de contrebande que (les djihadistes) ont utilisées », a-t-il souligné.