Un tracteur orné du drapeau breton bloque une route près de Vannes, alors que les agriculteurs manifestent et réclament une hausse des prix de leurs produits
Un tracteur orné du drapeau breton bloque une route près de Vannes, alors que les agriculteurs manifestent et réclament une hausse des prix de leurs produits - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Plusieurs agriculteurs ont installé des barrages autour de la ville de Vannes dès 6h ce lundi matin à l’appel de la FDSEA du Morbihan. Les manifestants réclament « un prix rémunérateur » pour leurs produits et « une juste répartition des marges ».

Les agriculteurs comptent empêcher tout véhicule de passer, à l’exception des services de secours, alors que les ministres de l’agriculture se réunissent ce lundi à Bruxelles. Jeudi soir, le président de la République François Hollande a promis que « les choses allaient bouger » lors de ce Conseil européen, où la France compte notamment demander « un plan européen de stockage » pour désengorger le marché de la surproduction de lait et de porc.

Opérations escargot

Selon Le Télégramme, quelque 80 tracteurs avec remorques étaient postés à neuf points de blocage. Arrivés en opérations escargot, ils se sont donc positionnés aux échangeurs menant à la ville, tandis que les forces de l’ordre filtraient les entrées de ville pour empêcher le passage des engins agricoles.

Plusieurs dizaines de tracteurs défilaient sur la RN165, entraînant des ralentissements. Les ostréiculteurs, les commerçants, les artisans et les taxis ont aussi prévu de se joindre au mouvement, indique pour sa part Ouest-France.

 

Le préfet du Morbihan avait pourtant interdit dimanche par arrêté la circulation des véhicules agricoles lundi de 06H00 à 19H00 dans la commune de Vannes.

Plusieurs blocages dès dimanche soir

Les blocages de plateformes logistiques par des agriculteurs ont débuté dimanche soir dans l’Ain. A l’appel de la Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles (FRSEA) et des Jeunes Agriculteurs (JA) d’Auvergne-Rhône-Alpes, près d’une centaine de personnes ont investi respectivement les sites de Saint-Vulbas (Carrefour), et de Saint-Just (Système U) avec au total une cinquantaine de tracteurs et de remorques, « dans le calme et dans une ambiance bon enfant ».

Les agriculteurs, qui traversent une crise aiguë, multiplient depuis un mois les actions coup de poing en France et principalement en Bretagne. Des barrages qui ont tenu parfois plusieurs jours et ont occasionné près de 4 millions d’euros de dégâts, selon la préfecture de région.

Mots-clés :