Hélène Carrère-d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, le 12 février 2015.
Hélène Carrère-d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, le 12 février 2015. - JOEL SAGET / AFP

Le problème n’est pas « de conserver ou non l’accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif », estime Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française. Dans une interview publiée samedi par le Figaro, elle rappelle que celle-ci s’oppose à toute réforme de l’orthographe et n’est pas à l’origine de celle qui doit être prochainement généralisée dans les manuels scolaires.

>> A lire aussi : « Une réforme de l’orthographe ne peut fonctionner que si elle est acceptée par la communauté »

« Je n’ai pas compris les raisons qui expliquent l’exhumation d’une réforme de l’orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l’Académie française n’a eu aucune part, à l’inverse de ce que l’on a voulu faire croire », affirme-t-elle.

La langue « est une part essentielle de notre identité »

« La position de l’Académie n’a jamais varié sur ce point : une opposition à toute réforme de l’orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l’épreuve du temps », souligne Hélène Carrère d’Encausse, qui rappelle que la langue « est une part essentielle de notre identité ».

>> A lire aussi : Non l’accent circonflexe ne va pas disparaître et nénufar avec un f, en fait, c’est correct

Largement méconnue, la réforme adoptée en 1990 prévoit la simplification de l’orthographe de certains mots et allège l’usage des traits d’union et des accents circonflexes. Sa généralisation prochaine dans les manuels scolaires du primaire suscite une vive polémique, notamment dans les médias et les réseaux sociaux.

L’historienne précise qu’en ce qui concerne cette réforme, l’Académie s’était prononcée sur des « principes généraux - un nombre limité de rectifications d’incohérences ou d’anomalies graphiques - mais non sur le projet lui-même dont le texte était en cours d’élaboration ». L’Académie a par la suite « marqué son désaccord » avec le texte, a-t-elle dit. « En 2016, nous sommes devant une situation radicalement différente » avec un système éducatif qui « s’est écroulé » au point « qu’un élève sur cinq quitte l’école sans savoir lire », ajoute Hélène Carrère-d’Encausse.

Mots-clés :