La tempête Imogen souffle à Saint-Malo, le 9 février 2016.
La tempête Imogen souffle à Saint-Malo, le 9 février 2016. - Jean-Marc David/SIPA

Une journée dont ils se souviendront longtemps. Des vents violents ont frappé les habitants d’une grande partie de l’hexagone de la façade atlantique à la Touraine samedi matin, ce samedi.

>> A relire aussi : Douze départements désormais en vigilance orange vent ou vagues-submersion

Au plus fort de la tempête ce samedi matin, des rafales de vent atteignant 148 km/h ont été relevées sur l’île de Groix (Morbihan), 146 km/h à Camaret, sur la presqu’île de Crozon (Finistère), et 144 km/h à la Pointe du Raz (Finistère), selon Météo-France. En moyenne, sur le littoral de la pointe de la Bretagne, les vents ont atteint 125 à 135 km/h, selon la même source. Dans l’intérieur des terres, les rafales ont atteint 112 km/h à Bressuire (Deux-Sèvres), 97 km/h à Tours et 91 à Bourges.

Cinq départements du Sud-Ouest toujours en vigilance orange

Après ce fort coup de tabac, le niveau de vigilance orange pour vent violent a été levé dans les quatre départements bretons, et également dans huit autres départements : Charente-Maritime, Vendée, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Deux-Sèvres, Vienne, Indre et Indre-et-Loire.

En revanche, quatre autres départements, dans le sud-ouest de la France, les Landes, le Gers, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées, sont entrés en vigilance orange pour vent violent.

Pour ces départements du Sud-Ouest, Météo-France prévient « qu'un épisode bref de vent violent est attendu pour la nuit prochaine », en provenance du Golfe de Gascogne.

Il « devrait s’engouffrer vers l’intérieur des terres en seconde partie de nuit, jusque vers l’est du Gers, et ne concerner véritablement que les zones du Pays basque au Béarn, et le nord des Hautes-Pyrénées. On attend des rafales de l’ordre de 100 à 120 km/h sur le littoral, et de l’ordre de 100 km/h dans l’intérieur des terres », prévoit Météo-France, soulignant que « la période à risque s’étend de minuit à 6h dimanche matin ».

En outre, les départements de la Gironde et des Landes sont placés en vigilance orange crues.

Electricité coupée…

Au total près de 30.000 foyers étaient toujours privés d’électricité selon ERDF ce samedi à 19h : 21.000 abonnés dans les Pays de la Loire, dont 6.000 dans le département de la Loire-Atlantique.

En Bretagne, au plus fort de la tempête, l’électricité a lâché dans 21.000 foyers. A 19h, 6.000 abonnés étaient toujours sans courant dans le Morbihan, 1.800 dans le Finistère, 300 dans les Côtes-d’Armor et 200 en Ille-et-Vilaine. Quelque 250 techniciens d’ERDF et de prestataires s’employaient à rétablir au plus vite le courant dans cette région.

>>A lire aussi : Tempête hivernale : 9.000 foyers privés d’électricité en Bretagne

Le rétablissement pourrait être effectif dès samedi soir dans les Côtes-d’Armor et en Ille-et-Vilaine, au plus tard dimanche pour 2.000 foyers, dont 1.500 dans le Morbihan, qui devraient encore être privés de courant samedi soir, selon les dernières prévisions d’ERDF.

…mais dégâts assez limités

Les dégâts restaient toutefois limités. La chute d’un arbre a endommagé une caténaire près de Vannes (Morbihan), immobilisant pendant environ quatre heures et demie un TGV qui effectuait la liaison entre Quimper et Paris, a-t-on appris auprès de la SNCF.

En raison de l’intervention des agents de la SNCF, deux autres TGV Quimper-Paris et Paris-Quimper ont été arrêtés dans des gares et ont accusé un retard de deux heures.

Dans le Finistère, la liaison entre Douarnenez et l’île de Sein a été suspendue samedi en raison de cette tempête hivernale, a annoncé la compagnie maritime Penn Ar Bed sur son site. A Brest, la vitesse de circulation routière a été limitée à 50 km/h sur le pont de l’Iroise en raison de la force du vent.

Mots-clés :