Nicolas Sarkozy le 8 décembre 2015 à Rochefort
Nicolas Sarkozy le 8 décembre 2015 à Rochefort - XAVIER LEOTY AFP

Les deux magistrates financières chargées de l'enquête sur les écoutes qui valent à Nicolas Sarkozy une mise en examen pour corruption ont signifié la fin de leurs investigations, a déclaré samedi une source judiciaire qui confirmait une information de Mediapart.

>> A lire aussi: L’étau judiciaire se resserre autour de Nicolas Sarkozy

Mis en examen pour «corruption active»

L'ancien chef de l'État est soupçonné d'avoir tenté d'obtenir, auprès d'un haut magistrat, des informations couvertes par le secret dans un dossier judiciaire le concernant. En échange, il a dit son intention d'intervenir, par l'intermédiaire de son avocat historique, Thierry Herzog, en faveur de ce magistrat, Gilbert Azibert, pour un poste de prestige à Monaco, ce qu'il n'a finalement pas fait. La Cour de cassation doit se prononcer le 22 mars sur la validité de ces écoutes, contestée par les trois hommes.

>> A lire aussi: Les écoutes validées par la justice, les proches de Sarkozy organisent la contre-attaque

Mis en examen pour «corruption active», «trafic d'influence actif» et «recel de violation du secret professionnel», Nicolas Sarkozy est menacé dans cette affaire d'un renvoi en correctionnelle même si les trois hommes devraient mener une bagarre procédurale.

«Moi, je le fais monter!»

Vraisemblablement après l'arrêt de la Cour de cassation, le parquet national financier (PNF) doit prendre ses réquisitions, de non-lieu ou de renvoi en correctionnelle. La décision reviendra ensuite aux deux juges d'instruction, Patricia Simon et Claire Thépaut.

Nicolas Sarkozy a mis en doute leur impartialité politique, tentant en vain d'obtenir la récusation de Claire Thépaut fin 2015.

Les écoutes de conversations entre Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog sont centrales. «Moi, je le fais monter!», dit-il ainsi le 5 février 2014 à Me Herzog à propos de Gilbert Azibert. «Je l'aiderai», insiste-t-il, s'exprimant depuis un portable fourni par son avocat et souscrit au nom d'emprunt de Paul Bismuth.

Mots-clés :