: Enfants attaches dans un siège auto pour la sécurité en voiture.
: Enfants attaches dans un siège auto pour la sécurité en voiture. - ANGOT/SIPA

La loi est formelle. En France, dans une voiture, l’utilisation d’un dispositif adapté est nécessaire et obligatoire pour les enfants jusqu’à l’âge de 10 ans. Or, deux tiers des enfants voyageant en voiture sont mal, voire pas du tout, attachés.

Tels sont les résultats d’une enquête menée sur près de 500 enfants et plus de 300 véhicules à l’arrêt par l’association Prévention routière, le Laboratoire d’Accidentologie et Bébé Confort.

« Ceintures de sécurité vrillées » ou « mal positionnées »

En juillet 2015, 35 enquêteurs ont donc sillonné 6 grandes villes et observé le comportement des parents à l’égard des enfants les accompagnants dans leur véhicule. Bilan : 4 % des enfants, qui devraient être équipés d’un dispositif adapté jusqu’à leur dixième anniversaire, voyagent librement sans être attachés, selon eux. Enfin, 17 % sont bien attachés mais « pas dans un siège adapté à leur taille ou morphologie ». Et quand les parents ont donné le bon siège à leurs bambins, 45 % d’entre eux se retrouvent mal installés.

infog_bb

Dans la plupart des cas, il s’agit de problème de « ceintures de sécurité vrillées » ou « mal positionnées pour retenir le siège en cas d’impact ». Concernant les rehausseurs, les enquêteurs ont remarqué que « l’enfant s’installe seul la plupart du temps et les parents ne prennent pas la peine de vérifier ».

340 enfants concernés par des accidents de la route chaque semaine

Autre inquiétude pour les observateurs, la position dos à la route recommandée pour les enfants de moins de 15 mois. La moitié des jeunes enfants observés se trouvait face à la route. Certains parents oublient également de désactiver les airbags frontaux ce qui peut conduire à un étouffement.

En décembre dernier, une étude publiée dans The Journal of Pediatrics précisait qu’au moins un quart des enfants de moins de dix ans tués sur les routes en tant que passager n’étaient pas attachés. Et Prévention routière de rappeler, elle, que, chaque semaine en France, 340 enfants sont concernés par des accidents de la route en tant que passagers.

Mots-clés :