Cinq cents nouveaux "vrais" radars et plus de 10.000 leurres, les premiers en France, vont être installés sur les routes françaises dans les trois ans qui viennent
Cinq cents nouveaux "vrais" radars et plus de 10.000 leurres, les premiers en France, vont être installés sur les routes françaises dans les trois ans qui viennent - Philippe Huguen AFP

Réagir face au triste record. Pour la première fois en 35 ans, la mortalité sur les routes françaises augmente deux années de suite, a annoncé ce mercredi la Sécurité Routière. Pour lutter contre ce fléau, Bernard Cazeneuve a confirmé dans Le Parisien le déploiement des radars leurres dès le début du mois de février au bord des routes pour inciter les automobilistes à lever le pied.

« Il s’agit de zones de contrôle, toujours signalées par un panneau, au sein desquelles des radars seront présents ou non. Cela permettra de multiplier par quatre le nombre des zones protégées », a indiqué le ministre de l’Intérieur dans Le Parisien. Près de 10.000 radars leurres devraient être ainsi installés sur tout le territoire dans les trois prochaines années, dans les zones particulièrement accidentogènes.

Bientôt sur vos routes, de faux radars pour… par BFMTV

Deux types de radars factices

Il y aura deux types de radars leurres : certains auront le même aspect que les radars fixes habituels, mais les cabines étant vides, ils ne flasheront pas. Pour que les habitués de certaines routes continuent à les craindre dans le temps, les cabines seront occasionnellement équipées d’un système d’optique, et donc activées, afin de sanctionner les excès de vitesse

Les autres radars leurres prendront la forme de panneaux d’indication de radars. Mais quelques mètres plus loin, il n’y aura pas forcément de radar. Car les radars autonomes (déplaçables) changent régulièrement de lieu.

Les experts sceptiques

Dans les pays où ces radars leurres ont été expérimentés, à savoir le Royaume-Uni et la Suisse, « cela a contribué à réduire fortement les vitesses », a affirmé le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe. Mais la mesure ne convainc pas les experts français de la sécurité routière, comme Claude Got : « Ces radars factices seront rapidement signalés par les utilisateurs d’avertisseurs de radars, ce qui les rendra inutiles », affirme-t-il.

>>A lire aussi : Où sont les radars qui flashent le plus en France ?

Un avis partagé par Anne Lavaud, déléguée générale de l’association Prévention routière : « Depuis deux ans, les applications prévenant de l’implantation de radars fixes, mobiles et des barrages routiers ont fleuri. Nous avons aussi dénombré au moins 33 pages Facebook comptant au total 500.000 fans qui ont la même activité. L’information sur ces radars factices sera donc vite partagée. Même quand ils seront activés pour flasher », souligne-t-elle.

D’autres mesures à privilégier selon les experts

Et selon Claude Got, pas besoin d’être très connecté pour être bien informé : « Les utilisateurs réguliers de certaines routes du réseau secondaire qui est le plus accidentogène savent très bien faire marcher le bouche-à-oreille », estime-t-il.

Ces radars leurres peuvent tout de même être efficaces « pour ceux qui ne consultent pas les avertisseurs de radars et qui sont de passage dans une région. Ils contrôleront davantage leur vitesse », reconnaît Anne Lavaud. Pierre Chasseray délégué général de 40 millions d’automobilistes, en doute : « Les gens freineront avant le faux radar et réaccéléreront tout de suite après. Cette mesure est avant tout un effet de communication du gouvernement afin de montrer qu’il ne reste pas inactif face aux mauvais chiffres de la sécurité routière ».

Pour lutter contre la vitesse, « il serait plus efficace de développer encore les radars mobiles et embarqués, quitte à faire appel à des sous-traitants pour effectuer les contrôles. Il faudrait aussi neutraliser les avertisseurs de radars », estime Claude Got.

>> A lire aussi : Sécurité sur les routes : Des entreprises privées vont-elles intervenir ?

Mots-clés :