Au forum international de la cybersécurité  Lille. Le 26 janvier 2015.
Au forum international de la cybersécurité Lille. Le 26 janvier 2015. - SIPA

Des tweets et sites Internets passés au peigne fin. En 2015, le travail de l’Office central de lutte contre la cybercriminalité a permis d’engager 90 procédures judiciaires pour apologie et propagande du terrorisme, a annoncé, ce mardi matin, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors de sa visite au Forum international de la cybersécurité, à Lille.

Près de 300 sites Internets bloqués

Cette vaste opération de renseignements sur la toile a permis d’identifier 32.000 cas d’apologie du terrorisme parmi les 188.000 signalements. Selon les chiffres du ministère, environ mille retraits de site Internet ont été demandés, parmi lesquels 283 ont déjà été bloqués.

« Internet et les réseaux sociaux sont des vecteurs importants de propagande, de recrutement et de radicalisation pour Daesh », a souligné Bernard Cazeneuve, dans son discours, précisant que les moyens consacrés à la cybercriminalité seraient renforcés : « 108 millions d’euros entre 2015 et 2017 ».

Des jeux en ligne pour recruter des terroristes

Par ailleurs, le centre de lutte contre la criminalité numérique (C3N) a mis l’accent sur le réseau Twitter depuis les attentats de novembre à Paris. Cette antenne de la gendarmerie, située à Pontoise, a analysé des centaines de milliers de données . « Nous nous sommes focalisés essentiellement sur les primo diffuseurs. Environ 350.000 tweets ont été analysés et plusieurs dizaines de procédures judiciaires ont été engagées », note le colonel Nicolas Duvinage, chef du C3N.

Si son utilisation pour préparer les attentats de Paris n’était qu’une rumeur, la PlayStation 4 peut toutefois servir à recruter des djihadistes, tout comme certains jeux en ligne sur Smartphone, à l’image de « Clash of Clans ». « L’interface de tchat pour les joueurs est détournée de son usage, explique Nicolas Duvinage. Nous avons repéré certains cas qui sont aux mains de la justice. »

Mots-clés :