10% des femmes violées seulement portent plainte.
10% des femmes violées seulement portent plainte. - Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA

Une radiographie complète des viols à Paris dans une longue enquête publiée par Le Parisien ce vendredi. 688 (598 sur majeurs et 90 sur mineurs) ont été déclarés aux autorités en 2013 et 2014 dans la capitale, selon les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). En exploitant ces données, le quotidien francilien dresse un rapport complet des agressions à Paris.

Portrait-robot du violeur : un étranger de 34 ans

Les 322 agresseurs identifiés par la police sont tous des hommes (pour les agressions sur majeurs), et âgés en moyenne de 34 ans. Plus de la moitié d’entre eux sont de nationalité étrangère (52 %) et 44 % sont sans emploi, rapporte le quotidien. 48 % d’entre eux étaient connus des services de police, dont 20 % pour des infractions sexuelles. Dans presque la moitié des cas, la victime connaît son agresseur. Un chiffre faible par rapport aux statistiques globales (90 %) qui s’explique par le fait que l’étude ne repose que sur les viols déclarés aux autorités (10 % des viols seulement).

La victime type : une femme de 30 ans

Les victimes sont des femmes à 93 %, de 30 ans d’âge en moyenne. Plus de 40 % d’entre elles ont moins de 25 ans au moment des faits, et 31 % sont de nationalité étrangère. La moitié des victimes (49 %) a un emploi « avec une forte représentation de la catégorie cadres et professions intellectuelles supérieures », note le journal. La moitié des femmes violées (255 sur 513) étaient intoxiquées au moment de l’agression. Dans la grande majorité, il s’agit d’une consommation d’alcool.

Un lieu privé dans un quartier festif

D’après l’enquête, certains quartiers de Paris seraient plus « dangereux » que d’autres. Ainsi, les taux les plus élevés d’agressions sexuelles ont lieu dans les Ier, Xe et XIe arrondissement. Les VIIe et XVe enregistrent les taux les plus faibles. « C’est dans le secteur Folie-Méricourt (XIe) et à proximité de la station de métro Belleville (Xe, XIXe, XXe) que l’on enregistre le plus grand nombre de viols commis », indique le Parisien. D’autres lieux sont cités par les chercheurs : le quartier des Halles, l’axe boulevard de Sébastopol-quartier République, la gare du Nord, la gare Montparnasse, l’axe place de Clichy-place Pigalle et le boulevard Barbès.

Dans 74 % des cas, les viols sont commis dans des espaces privés, notamment dans les lieux d’habitation (57 %). 12 % ont été commis sur la voie publique. Par ailleurs, 73 % des viols sont commis la nuit, et 40 % le week-end.

Mots-clés :