Des enfants portant une kippa.
Des enfants portant une kippa. - J.GUEZ / AFP

Après l’agression ce lundi d’un enseignant juif par un lycéen, le président du Consistoire israélite de Marseille, Zvi Ammar, a recommandé aux juifs « d’enlever leur kippa dans cette période troublée ». Un conseil qui fait débat au sein de communauté juive. 20 Minutes revient sur les origines et la signification de ce couvre-chef.

>> A lire aussi : « Porter la kippa, c’est ne pas céder au chantage »

Quelle est l’origine de la kippa ?

Le terme de « kippa », dont le pluriel est « kippot », a pour racine le mot « kaf », qui signifie paume ou cuillère, en lien avec sa forme incurvée, qui recouvre. Si aujourd’hui elle est devenue un symbole identitaire de la communauté juive, la kippa n’a pourtant aucune origine biblique ou talmudique, et dans l’Antiquité, seuls les prêtres portaient un couvre-chef.

Il faut attendre le Moyen-Age pour que le port de la kippa se démocratise, sous l’impulsion du rabbin Joseph Karo qui, au XVIe siècle, prend un décret en vertu duquel il est interdit de marcher quatre coudées, soit environ deux mètres, la tête nue. Si à l’époque le texte est contesté, la kippa finit par devenir un élément essentiel de l’habit juif. Mais les femmes, elles, n’ont pas le droit d’en porter. Elles se couvrent la tête d’un foulard ou d’une perruque.

Pourquoi les juifs la portent-ils ?

Signe distinctif de judaïté, la kippa une fonction très spirituelle : elle symbolise le respect et l’humilité dont les hommes font preuve envers Dieu. Pour le grand rabbin de France, Haïm Korsia, c’est un signe « de soumission à Dieu », pas « de reconnaissance ». Pour certains, le port de la kippa se serait aussi développé en Occident pour prendre le contre-pied de la piété chrétienne, qui exigeait de se découvrir en rentrant à l’Eglise.

Au quotidien, le port de la kippa n’est pas obligatoire. Beaucoup de juifs ne se coiffent d’une kippa que durant les cérémonies religieuses et lorsqu’ils se rendent à la synagogue. Mais pour les plus pratiquants, il est inenvisageable de ne pas la porter tous les jours.

Que signifient les différents types de kippa ?

Il existe différents types de kippas, et chacune a une signification qui lui est propre. En Israël, les colons ultrasionistes portent des kippas Srouga, des calottes tricotées et colorées.

Les ultraorthodoxes, très pieux, portent quant à eux un modèle plus sobre, en velours noir. Tandis que la kippa en tissu ou en toile, classique, est majoritairement portée par les juifs modérés.

Mots-clés :