Le président de la République François Hollande, accompagné de Manuel Valls, Premier ministre, le 10 janvier 2016 place de la République.
Le président de la République François Hollande, accompagné de Manuel Valls, Premier ministre, le 10 janvier 2016 place de la République. - Michel Euler/AP/SIPA

Avec « Un dimanche de janvier » chanté par Johnny Hallyday, un hommage populaire aux victimes des attentats a été rendu ce dimanche à Paris, en présence de François Hollande.

Sur une place de la République loin d’être bondée, le chef de l’Etat a d’abord dévoilé une plaque au pied d’un chêne du souvenir planté pour l’occasion dans un coin de cette place. 

Le texte de la plaque dit : « A la mémoire des victimes des attentats terroristes de janvier et novembre 2015, à Paris, Montrouge et Saint-Denis. Ici même, le peuple de France leur rendhommage ».

Plaque dévoilée

Outre le chef de l’Etat, Manuel Valls, plusieurs ministres, dont Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Christiane Taubira (Justice), ainsi que la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, son prédécesseur, Bertrand Delanoë, étaient présents.

De nombreuses familles de victimes participaient également à cette journée de commémoration, qui conclut une semaine de célébrations à la mémoire des victimes des attentats de janvier (17 morts) et novembre (130 morts).

Puis dans une ambiance lourde et grave, Johnny Hallyday, tout de noir vêtu, a entonné « Un dimanche de janvier », qui salue notamment la marche du 11 janvier 2015 qui avait réuni plusieurs millions de personnes et de nombreux dirigeants étrangers à Paris.

Plusieurs chansons entonnées

« Les prénoms de Paris » de Jacques Brel ont ensuite été repris par le Choeur de l’armée française, avant la lecture d’une allocution prononcée par Victor Hugo à son retour d’exil le 5 septembre 1870.

« Sauver Paris, c’est plus que sauver la France, c’est sauver le monde. (...) Qui attaque Paris attaque en masse tout le genre humain », avait lancé l’écrivain.

Après « Le temps des cerises » repris par le Choeur de l’armée française, et un dépôt de gerbes, la courte cérémonie s’est terminée par une minute de silence et un couplet de La Marseillaise chanté par le Choeur. François Hollande est allé saluer les familles des victimes.

«En guerre contre le djihadisme»

« Nous avons besoin pour affronter le terrorisme, car nous sommes en guerre contre le djihadisme, de cet esprit de rassemblement », avait expliqué Manuel Valls sur France 2 avant la cérémonie.

Une seconde manifestation aura lieu en fin d’après-midi, à 17h30, en présence de la maire de Paris Anne Hidalgo.

Mots-clés :