François Hollande à Bruxelles, le 17 décembre 2015.
François Hollande à Bruxelles, le 17 décembre 2015. - ALAIN JOCARD / AFP

Le Président a prononcé ses vœux aux autorités religieuses. François Hollande leur a notamment exprimé mardi sa « gratitude » pour avoir agi en faveur de la « compréhension » entre les citoyens et contre le « message de haine » au lendemain des attentats sanglants de janvier et de novembre.

>> A lire aussi: François Hollande demande de la «confiance» pendant ses voeux aux Français

« Tel était le sens des vœux que je voulais vous adresser aujourd’hui : de la gratitude pour ce que vous faites pour favoriser la compréhension entre nos concitoyens et pour dissuader tous ceux qui veulent entretenir un message de haine », a-t-il déclaré à l’Elysée.

« Nous devons rappeler que la religion est un message de paix »

Le chef de l’Etat a également appelé les principaux responsables religieux français à s'« exprimer autant qu’il est possible pour faire en sorte que (…) ceux qui craignent d’être victimes puissent trouver espoir et confiance », selon le texte de son intervention communiqué par la présidence. « Si nous voulons écarter les surenchères, les amalgames, les stigmatisations qui peuvent produire des discriminations, nous devons aussi rappeler à chaque fois que la religion est un message de paix », a-t-il souligné.

« Nous participons au même objectif : unir notre pays et concourir à la paix », a conclu François Hollande, son message étant unanimement salué par les responsables des cultes catholiques, protestant ou juif sur le perron de l’Elysée. Interrogé par ailleurs sur la une de Charlie Hebdo montrant un dieu armé d’une kalachnikov, sous le titre, « un an après, l’assassin court toujours », le cardinal-archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, a éludé la question. « Comme c’est fait pour provoquer, je ne vois pas pourquoi je réagirais », a-t-il déclaré devant la presse.

« Il y a une continuité dont on peut se réjouir de sorte que la liberté de la presse est bien assurée dans ce pays », a observé pour sa part le président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly.

« La liberté d’expression continue »

Quant au président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech, il s’est félicité que « la liberté d’expression continue », soulignant qu'« elle vaut pour tous, pour les journalistes, pour les caricaturistes » mais qu'« il faut qu’elle vaille aussi pour les croyants ».

Recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a rappelé que le CFCM avait encouragé les responsables des mosquées de France à ouvrir leurs portes au grand public les 9 et 10 janvier pour « un thé de la fraternité », un an après les attentats de janvier. « Les différents cultes travaillent ensemble et cherchent à donner l’exemple de la solidarité au niveau national », s’est félicité pour sa part Joël Mergui, président du consistoire central israélite de France.

Mots-clés :